•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Unies dans le deuil, deux familles souhaitent redonner à la Fondation Dr Clown

La petite fille de Stéphanie Poulin, Jolyane, était toujours très heureuse de rencontrer les artistes de la Fondation Dr Clown.

La petite fille de Stéphanie Poulin, Jolyane, était toujours très heureuse de rencontrer les artistes de la Fondation Dr Clown.

Photo : crédits: Stéphanie Poulin

Deux familles éprouvées par la mort prématurée de leurs enfants ont lancé une campagne de financement pour soutenir la Fondation Dr Clown. C'est là une façon pour elles de redonner aux artistes qui ont permis de créer d'heureux souvenirs aux moments les plus difficiles de leur vie.

Tu ne veux pas avoir à les rencontrer, mais quand tu les rencontres, ils font toute la différence.

C'est dans ces mots que Stéphanie Poulin résume son expérience avec les artistes de la Fondation Dr Clown.

Ceux-ci ont fait une énorme différence dans la vie de sa fille Jolyane, décédée tout juste avant ses cinq ans d'une maladie rare en janvier 2020.

Quand elle s'est réveillée de ses deux opérations au cerveau aux soins intensifs, elle attendait les clowns. C'est ça qu'elle voulait, se remémore Mme Poulin.

Pour une deuxième année consécutive, la famille a décidé de vendre des bûches de Noël au profit de la Fondation. Cette année, la campagne de financement a permis d'amasser plus de 7000 $ .

On capote sur l'ampleur que ç'a pris. C'est une belle reconnaissance pour la Fondation et c'est une dose d'amour pour nous, affirme-t-elle.

Souvenirs précieux

Cette année, Stéphanie et sa famille ont obtenu de l'aide d'une autre personne qui a pu goûter aux bienfaits des services de la Fondation Dr Clown.

Elle aussi éprouvée par la mort de ses deux enfants, Alyson et Gabriel, tous deux victimes de tumeurs au cerveau en 2016 et en 2020, Caroline Bolduc a décidé de se joindre à l'initiative de la famille Poulin.

C'est rare que je raconte mon histoire. Je ne veux pas faire pitié. J'ai toujours dit que j'allais en parler pour aider ce genre de formation-là à ramasser des sous, a-t-elle tenu à souligner.

Le Dr Jean Bond et Gabriel rigolent ensemble.

Le Dr Jean Bond a accompagné le fils de Caroline Bolduc, Gabriel, à la fin de sa vie.

Photo : crédits: Stéphanie Poulin

Les familles peuvent en témoigner : les clowneries des artistes de la Fondation ont fait en sorte que les multiples rendez-vous à l'hôpital n'ont été un fardeau ni pour les enfants ni pour les parents.

« J'ai beaucoup de vidéos de mes enfants avec les clowns qui rient. On nous entend rire à l'arrière. Je regarde la date de la vidéo et c'est 10 jours avant que ma fille décède. Je la vois rire aux éclats. Ça, c'est précieux. »

— Une citation de  Caroline Bolduc, mère de Gabriel et d'Alyson

Le langage du cœur

L'argent amassé permettra à la Fondation d'accroître ses services dans la région de Québec, notamment.

Le Dr Jean Bond joue de la musique devant une jeune fille qui danse.

Le Dr Jean Bond est un des artistes de la Fondation Dr Clown qui ont rencontré les enfants des familles.

Photo : crédits: Fondation Dr Clown / Catherine Desautels

Sous le nom de Dr Jean Bond, Jean-Pierre Blondeau est un des artistes qui ont côtoyé les trois enfants au CHUL, à Québec.

On sait que les parents sont reconnaissants, mais des gestes concrets comme ça, c'est vraiment touchant. Ces parents-là, je tiens à les remercier. C'est ça, le langage du cœur, s'émeut-il.

Le Dr Jean Bond conserve de bons souvenirs de ces enfants auxquels il a inévitablement fini par s'attacher durant leur parcours à l'hôpital.

Alyson, on l'a suivie jusqu'à la fin. On l'a suivie tout le long. À la fin, elle disait : ''Moi aussi, je veux être un docteur clown.'' Je lui ai donné mon costume pour qu'elle vive cette expérience, témoigne-t-il.

Alyson regarde les clowns.

Alyson est décédée des suites d'une tumeur au cerveau en 2016. Elle voulait devenir une docteure Clown.

Photo : crédits: Caroline Bolduc

La campagne de financement reprendra l'an prochain dans l'espoir de permettre à plus d'enfants d'oublier leurs problèmes de santé et d'afficher un sourire le temps d'un instant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !