•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des experts demandent un changement de stratégie contre la pandémie

Le Dr Zaid Chagla dans un bureau.

Le Dr Zain Chagla fait partie du Groupe consultatif scientifique ontarien de lutte contre la COVID-19 (archives).

Photo : CBC/Craig Chivers

Radio-Canada

Selon des experts, l'Ontario doit changer sa stratégie de lutte contre la pandémie de COVID-19, notamment en raison du variant Omicron.

Le Groupe consultatif scientifique ontarien de lutte contre la COVID-19 estime que le variant Omicron représente environ 11 % des cas et qu’il sera le variant dominant d’ici quelques semaines.

En se basant sur les tendances observées dans les régions où le variant Omicron prédomine, un médecin spécialiste des maladies infectieuses affirme que des stratégies doivent être élaborées en fonction de scénarios selon lesquels 10 000 personnes contracteraient le virus chaque jour.

Selon le Dr Zain Chagla, l'Ontario devrait s'attaquer à la priorisation des ressources au cas où cela se produirait, car l'approche actuelle, qui consiste à tester et à retracer les contacts de chaque personne infectée, ne fonctionnerait pas avec un nombre de cas aussi élevé.

Le Dr Chagla a ajouté qu'il faudrait également envisager la possibilité qu'un pourcentage élevé de la main-d'œuvre essentielle soit contrainte de s'isoler après avoir été exposée au virus.

Selon l'épidémiologiste Jeff Kwong, le plan de rappel de l'Ontario était fondé sur le variant Delta, mais la propagation potentiellement rapide d'Omicron pourrait signifier que des personnes vulnérables seraient exposées avant d'avoir reçu une troisième dose d’un vaccin contre la COVID-19.

Selon le Dr Kwong, la priorité devrait consister à offrir des doses de rappel d’un vaccin aux personnes vulnérables au cours des prochaines semaines afin de maintenir le système de santé à flot.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !