•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Environnement : « On assiste à une prise de conscience planétaire », selon Guilbeault

Le ministre Guilbeault devant une affiche de la COP26.

Le ministre de l'Environnement Steven Guilbeault considère que l'accord conclu à la COP26 est historique.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

La militante Greta Thunberg a eu beau qualifier la COP26 de « bla bla », les ministres de l’Environnement Benoit Charette et Steven Guilbeault ne partagent pas son avis lorsqu’ils font le bilan environnemental de 2021.

Elles sont utiles, ces conférences internationales, ne serait-ce que pour conscientiser les leaders qui se sentent moins interpellés par la cause, a déclaré le ministre Charette à l'émission Les faits d'abord, sur les ondes d'ICI Première, samedi.

Du reste, Benoit Charette remarque qu’au niveau politique et même au niveau économique des grandes entreprises, il y a une prise de conscience qui est encore plus forte.

Son homologue fédéral, Steven Guilbeault, observe lui aussi une prise de conscience internationale.

« Ce à quoi on assiste à l’échelle planétaire, c’est une prise de conscience et un passage à l'action qui dépassent tout ce qu’on a vu jusqu'à présent, que ce soit les investissements dans les énergies renouvelables, que ce soit les technologies propres ou les percées dans l’électrification des transports. La courbe des ventes de véhicules électriques à l’échelle mondiale est presque exponentielle. »

— Une citation de  Steven Guilbeault, ministre fédéral de l'Environnement
Benoit Charette, ministre de l'Environnement du Québec.

Benoit Charette a rappelé que le gouvernement Legault a annoncé des sommes pour faciliter l'électrification des transports.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roussel

À Québec, le ministre caquiste convient que le grand défi environnemental demeure les transports.

C’est de loin notre principale source d’émissions de gaz à effet de serre : ça représente 45 % de nos émissions. Disons qu’il y a un chemin important qui devra se faire à ce niveau-là, et c’est la raison pour laquelle la plupart des investissements que l’on a annoncés visent à l’électrification des transports, a rappelé le ministre Charette.

Au chapitre de la réduction des émissions de gaz à effet de serre attribuables aux sources d'énergie fossiles, le ministre Steven Guilbeault a promis, lors de la récente campagne électorale fédérale, de mettre fin aux subventions à l’industrie pétrolière d’ici 2023.

C'est deux ans plus vite que les partenaires du G20, a-t-il dit, ajoutant qu' il n’y a plus beaucoup de résistance sur cette question.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !