•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un moratoire sur les coupes à blanc réclamé en Nouvelle-Écosse

Il y a trois ans, de nombreuses recommandations ont été remises au gouvernement néo-écossais afin de rendre l’industrie forestière plus écologique. Or, depuis, rien n’a changé.

Un terrain vague est couvert d'arbres coupés.

En Nouvelle-Écosse, seulement 30 % des forêts appartiennent à la Couronne. Le reste appartient à plusieurs centaines de particuliers.

Photo : Radio-Canada

Plusieurs écologistes veulent pousser le gouvernement néo-écossais à imposer un moratoire sur les coupes à blanc avant qu’il ne soit trop tard.

En 2018, 45 recommandations ont été formulées dans le rapport Lahey afin de pousser l’industrie forestière de la province sur un chemin plus écologique.

Mardi dernier, Bill Lahey a dit n’avoir vu aucun changement sur le terrain depuis la publication de son rapport.

M. Lahey, président et vice-chancelier de l'université de King's College, à Halifax, note que même si le travail a commencé dans le cas de 40 recommandations sur 45 , la mise en œuvre au-delà de la planification n’est en cours que pour 10 d’entre elles.

Il a ajouté que des progrès au sein du ministère des Ressources naturelles n'auraient été effectués qu’au cours des six derniers mois.

Ce manque d’actions concrètes de la part de la province est ce qui inquiète les écologistes comme Raymond Plourde.

Chargement de l’image

Pour Raymond Plourde, l'attente du gouvernement ne fait qu'aggraver la situation des forêts néo-écossaise.

Photo : Radio-Canada / Stéphanie Blanchet

M. Plourde fait partie du comité consultatif ministériel pour la mise en œuvre du rapport Lahey depuis environ deux ans. Selon lui, les changements de gouvernement sont un des problèmes majeurs.

Depuis 2020, les Néo-Écossais ont vu défiler trois premiers ministres différents, chacun avec son cabinet respectif.

« Ça aurait dû être fait il y a 10 ans, parce qu’il y avait un rapport avant celui du professeur Lahey qui disait les mêmes choses. »

— Une citation de  Raymond Plourde, du Centre d’action écologique

Le comité a demandé au gouvernement que les coupes à blanc cessent entièrement jusqu'à ce que les recommandations du rapport Lahey soient mises en œuvre.

Le rapport

Le rapport Lahey a pour objectif la gestion des ressources naturelles et la protection de la nature par l'entremise d’une industrie forestière plus écologique.

Chargement de l’image

Bill Lahey, président et vice-chancelier de l’université de King’s College.

Photo : Radio-Canada / Stéphanie Blanchet

« À long terme, nous ne pourrons pas avoir une industrie forestière ou d’autres industries qui dépendront de la forêt si nous ne prenons pas soin de nos forêts. »

— Une citation de  Bill Lahey, président et vice-chancelier de l’université de King’s College

L’ancien gouvernement libéral en Nouvelle-Écosse a demandé que ce rapport soit produit en raison de la pression croissante exercée par le public, inquiet de la façon dont les forêts sont gérées.

Le rapport de M. Lahey conclut que les forêts de la province ont besoin d’une pause après des années de coupes à blanc intensives.

Une des recommandations favorise la réduction draconienne des coupes à blanc ainsi que la division des terres de la Couronne en trois parties : une partie réservée à la conservation, la majorité réservée à la foresterie écologique légère et une autre à l’industrie forestière de haute production.

À ce jour, ce modèle dit de triade n'a toujours pas été mis en œuvre par la province.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !