•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le parc Marineland fait l’objet d’une enquête de la police du Niagara

Un mammifère marin dans un bassin avec des spectateurs

La police du Niagara dit avoir reçu une plainte d'un groupe de défense des droits des animaux.

Photo : iStock

Radio-Canada

La police du Niagara enquête sur l'utilisation d'animaux marins au parc d’attraction Marineland, après avoir reçu une plainte d'une organisation à but non lucratif de défense des droits des animaux.

L’agente Jesse Vujasic de la police régionale du Niagara confirme que les autorités ont reçu une plainte à la fin du mois d'octobre 2021. Une enquête a été ouverte, déclare-t-elle.

L'enquête étant toujours en cours, il ne serait pas approprié de fournir d'autres détails et ainsi potentiellement compromettre l'enquête , note l’agente Vujasic dans un courriel.

Miranda Desa est l'avocate canadienne de Last Chance for Animals, une organisation à but non lucratif basée aux États-Unis. Elle indique que le groupe a déposé une plainte le 30 septembre et une autre plainte de suivi fin octobre sur l'utilisation de dauphins et de bélugas à des fins de divertissement.

Un membre de Last Chance for Animals a visité le parc Marineland les 3 et 16 août, selon Mme Desa. Elle dit que l’association a enregistré des vidéos de spectacles de dauphins et de bélugas et les a envoyées à la police avec la plainte.

La plainte portait sur la participation de dauphins dans les spectacles, ainsi que de bélugas au bord de la piscine, qui avaient pour instruction de faire des tours en échange de nourriture devant les visiteurs du parc, déclare-t-elle.

CBC a demandé, mais n'a pas encore obtenu ni examiné ces images.

Un épaulard et son petit dans un bassin de Marineland à Niagara Falls

Un épaulard et son petit dans un bassin de Marineland à Niagara Falls. (Archives)

Photo : The Canadian Press / SCOTT DUNLOP

En vertu d’une récente modification au Code criminel canadien, les cétacés captifs – les grands mammifères marins tels que les dauphins et les orques – ne peuvent être utilisés à des fins de représentation et de divertissement à moins que le spectacle ne soit autorisé avec une licence du gouvernement de l'Ontario.

Cette disposition faisait partie du projet de loi S-203 adopté en 2019, qui mettait fin à la captivité des baleines et des dauphins après des années de débat. Ce projet incluait cependant une clause grand-père pour les animaux déjà en captivité.

Marineland a refusé de commenter les plaintes en raison de l'enquête en cours. Cependant, dans une déclaration, l’organisation note que bien que la loi fédérale permette à n'importe quelle province de délivrer une licence pour présenter un spectacle de divertissement, il n'y a actuellement aucun régime de licence développé en Ontario.

Les représentants du parc disent avoir réorienté leurs activités vers l’éducation, la conservation et la recherche. Marineland propose depuis 2019 une présentation éducative pour le public, et non un spectacle de "divertissement". Aucune licence n'est requise pour notre présentation pédagogique, écrivent-ils.

Plaintes antérieures

Marineland a fait face à d'autres plaintes cette année. En mai dernier, les inspecteurs des Services de protection des animaux ont donné l'ordre au parc de Niagara Falls de réparer le système de traitement de l’eau des bassins des bélugas, des dauphins, des morses, des otaries et d’un épaulard. Leur inspection avait révélé que les mammifères marins étaient en détresse en raison d’une mauvaise qualité de l'eau

Marineland a fait appel de l'ordonnance, niant que les animaux étaient en détresse.

En juillet, Marineland a fait face à une autre plainte de l'organisme Animal Justice, qui alléguait que l'attraction touristique enfreignait la loi en soumettant une orque à des conditions qui ne répondent pas à ses besoins physiques et mentaux. Des vidéos en ligne semblaient montrer l’épaulard Kiska, se déplaçant lentement et de manière apathique. L’organisme l’a qualifiée d’orque la plus solitaire du monde.

Avec les informations de Sebastian Leck, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !