•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fin du pétrole et du gaz au Québec : Legault veut limiter les indemnisations

Exploration pétrolière à Anticosti

Québec a déjà mis fin à l'exploration pétrolière à Anticosti en 2019.

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne

Le gouvernement Legault n'a pas l'intention d'être généreux avec les entreprises pétrolières et gazières qui ont investi dans le potentiel du Québec en hydrocarbures.

Je veux donner le moins possible de compensations, a dit le premier ministre, tout en refusant de préciser sur quels critères elles allaient être indemnisées. Il tenait une conférence de presse vendredi pour faire le bilan de la session parlementaire.

Québec solidaire (QS), le Parti québécois (PQ) ainsi que les groupes écologistes exigent même qu'aucune indemnisation ne soit versée aux entreprises.

Or ces pétrolières et gazières détiennent des permis, ont encouru des dépenses et anticipaient éventuellement de générer des revenus, dont elles devront se priver, lorsque le Québec interdira officiellement l'exploitation des hydrocarbures.

Puisque l'encadrement réglementaire change en cours de route, les entreprises sont en droit de réclamer une indemnisation, a reconnu M. Legault.

En outre, comme son gouvernement s'efforce d'attirer des investisseurs, il ne faut pas envoyer le message que le Québec est une république de bananes, a-t-il poursuivi, c'est-à-dire un État où les investissements sont risqués.

On doit s'assurer que ça soit fait correctement, a dit M. Legault. Il a refusé de dire si l'indemnisation allait porter sur les dépenses engagées.

Ça fait partie des discussions avec les avocats, a-t-il conclu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !