•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget de Trois-Rivières : le GP3R encore au cœur de la tourmente

Des voitures de course sur la piste du Grand Prix de Trois-Rivières.

Une course de rallycross lors du Grand Prix de Trois-Rivières (Archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La question du financement de la Ville de Trois-Rivières au Grand Prix de Trois-Rivières (GP3R) est revenue à l’avant-plan vendredi lors de la présentation du budget pour l’année 2022. Les élus ont approuvé, à 8 contre 6, une diminution de 100 000 $ de la subvention dédiée à l’événement.

L’argent servira au renforcement de la tarification sociale de la Société de transport de Trois-Rivières (STTR), qui voit son budget augmenter de 1,3 million $.

Ce geste découle du fait que le conseiller du district de La-Vérendrye, Dany Carpentier, a annoncé qu’il allait voter contre le budget dans sa forme originale avant même la séance extraordinaire du conseil municipal. Il souhaitait ainsi s’opposer à l’octroi d’une subvention de 1,2 million $ au GP3R, alors que la Ville a dû réaliser un véritable tour de force pour boucler un budget difficile.

Dans le but de faire adopter le budget, le conseiller Pierre-Luc Fortin a proposé un amendement pour transférer une partie de la subvention à la STTR. Huit conseillers ont appuyé cette modification que plusieurs ont qualifiée de symbolique.

Résultat du vote sur l’amendement

POUR

CONTRE

Pascale Albernhe-Lahaie (des Rivières)

Maryse Bellemare (de Chavigny)

Geneviève Auclair (de Saint-Louis-de-France)

Jonathan Bradley (de Richelieu)

François Bélisle (de Pointe-du-Lac)

Daniel Cournoyer (de Sainte-Marthe)

Dany Carpentier (de La-Vérendrye)

Alain Lafontaine (des Forges)

Richard W. Dober (de Marie-de-l’Incarnation)

René Martin (des Carrefours)

Pierre-Luc Fortin (des Estacades)

Sabrina Roy (de la Madeleine)

Pierre Montreuil (du Carmel)

Luc Tremblay (de Châteaudun)

Le résultat du vote sur cet amendement tend à montrer un changement de mentalité autour de la table du conseil par rapport aux sommes que la Ville octroie au GP3R.

Dorénavant à Trois-Rivières, il n’y aura plus aucune vache sacrée. Il n’y aura plus aucun secteur intouchable et que les gens de la population de Trois-Rivières vont voir avec ce budget […] qu’on vit au-dessus de nos moyens à Trois-Rivières, a lancé le conseiller François Bélisle.

Pour Dany Carpentier, quand on est sur le fer, il faut réévaluer la pertinence de plusieurs choses. Il s'est dit assez fier du budget qui a été présenté, parce qu’il y a des pas en avant qui se font.

Depuis trois ans, le conseil de Ville à Trois-Rivières se questionne sur le Grand Prix et en quoi le Grand Prix est-il vraiment en phase avec les politiques de la Ville. Et c’est là que, pour moi, c’était une incohérence et je trouvais ça très difficile de voter pour un budget pour lequel on avait fait des sacrifices, mais que la subvention pour le Grand Prix n’avait jamais été réévaluée, a-t-il déclaré en entrevue à l’émission En direct.

Ce qui s’est passé aujourd’hui, c’est que l’ensemble du conseil a été sensibilisé et a démontré sa sensibilité en matière d’environnement et de décisions durables. Maintenant, il faudra juste s’entendre sur une teneur. Aujourd’hui, on a fait un bon pas en avant en remettant en question le Grand Prix, a conclu le conseiller.

Visage de Dany Carpentier dans une rue de Trois-Rivières

Le conseiller du district de La-Vérendrye, Dany Carpentier.

Photo : Radio-Canada

De son côté, le maire Jean Lamarche s’est abstenu de voter, mais a expliqué qu’il aurait voté contre l’amendement.

Selon lui, des conseillers ont voulu poser un geste en 2022 sans tenir compte du fait qu’on aurait à faire une analyse, sans tenir compte du fait qu’on aurait à discuter avec notre partenaire de plus de 50 ans qui est le Grand Prix de Trois-Rivières pour voir comment on peut en venir à couper ou à réaménager un budget comme le leur. Ça fait en sorte qu’on coupe leur budget de 100 000 $ sans trop savoir pourquoi et on le donne à la STTR sans trop avoir de bases.

« Je ne peux pas dire que, comme gestionnaire, je suis fier de cette décision. »

— Une citation de  Le maire Jean Lamarche

Une embuscade, déplore le GP3R

Le directeur général du Grand Prix de Trois-Rivières était visiblement très agacé par la décision d’une majorité d’élus municipaux. C’est vraiment une embuscade, a déclaré Dominic Fugère en entrevue au Téléjournal Mauricie–Centre-du-Québec. Il a affirmé que les fonctionnaires de la Ville l’avaient avisé que le financement public versé à l’événement ne serait pas amputé.

Cette mauvaise surprise tombe bien mal pour l’organisation qui est, elle aussi, à préparer son budget pour la prochaine année. On va devoir se réajuster. Heureusement, on gère le budget du Grand Prix avec diligence, avec beaucoup de conservatisme et de parcimonie.

Pour lui, la somme de 100 000 $ n’a rien de symbolique. C’est plus que mon salaire et je ne considère pas mon salaire comme quelque chose de symbolique, alors déjà en partant 100 000 $, c’est une somme qui a un impact sur notre budget.

Le directeur général du Grand Prix de Trois-Rivières, Dominic Fugère, en entrevue au Téléjournal Mauricie-Centre-du-Québec.

Le directeur général du Grand Prix de Trois-Rivières, Dominic Fugère

Photo : Radio-Canada

Ç’aurait été bien que les conseillers municipaux qui ont voté pour transférer une partir du budget du Grand Prix de Trois-Rivières du côté de la STTR le mentionne lors de la campagne électorale, a-t-il lancé.

Dominic Fugère a rappelé que le GP3R compense les émissions de gaz à effet de serre produites lors de l’événement en plantant des arbres chaque année. Il a ajouté que l’organisation comptait utiliser des biocarburants en 2022 pour le montage du site, mais qu’en sabrant dans le budget, ça ne nous donne pas nécessairement les coudées franches pour mettre en place notre programme GP3Vert.

Le GP3R espère toujours accueillir des courses de voitures électriques prochainement, mais l’incertitude en lien avec l’ouverture des frontières fait en sorte que le projet tarde à se réaliser. Le directeur général estime réaliste de pouvoir organiser ces courses à l’été 2022 ou à l’hiver 2023.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !