•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des enjeux de santé mentale pour près du quart du personnel de santé en Saskatchewan

Vêtus d'un uniforme bleu et portant des masques, une travailleuse de la santé accoudée à une table et un travailleur assis sur une chaise regardent le néant. (archives)

Le syndicat des infirmières de la Saskatchewan clame que la pandémie a provoqué l'effondrement d'un système de santé. (archives)

Photo : Reuters / Benoit Tessier

Radio-Canada

Une étude réalisée par l’Université de Regina révèle une forte détérioration de la santé mentale chez près du quart des travailleurs de la santé de la province.

L'étude résulte d’un partenariat entre l'Autorité de la santé de la Saskatchewan et cinq syndicats de travailleurs de la santé de la province. Elle a été menée auprès de 3100 travailleurs de la santé dans la période du 1er au 15 novembre 2021.

L’Université de Regina a envoyé un questionnaire aux syndicats qui l’ont ensuite acheminé à leurs membres. 

Le professeur agrégé de santé et de sécurité de l’Université de Regina, Sean Tucker admet qu'il était bouleversé par certains des commentaires partagés par les participants à l’enquête.

Nous avons constaté que 23 % des répondants souffraient probablement d'une maladie mentale, ce qui est assez inquiétant. C'est presque un répondant sur quatre à notre enquête qui est à ce niveau de détresse, a-t-il  mentionné..

Il s’agit de la troisième étude du genre réalisée pendant la pandémie sur la santé mentale des travailleurs de la santé. La première a été réalisée en mai 2020.

Effondrement du système de santé

Le Syndicat des infirmières de la Saskatchewan clame que la pandémie a provoqué l'effondrement d'un système de santé qui était aux prises avec de multiples problèmes.

Les problèmes n'ont pas été abordés avant qu'il ne soit nécessaire de le faire. La pression est retombée sur les travailleurs de la santé pour faire fonctionner le système de santé, a expliqué la présidente du syndicat des infirmières de la Saskatchewan, Tracy Zambori,

Un avis partagé par la division ouest du Syndicat de l'Union internationale des employés de services (SEIU). Sa présidente Barbara Cape n’est pas surprise que les travailleurs de la santé cherchent à réduire leurs heures et que certains envisagent même de changer de profession.

Vous savez, la santé mentale est en fait notre nouvelle pandémie qui ne touche pas seulement les travailleurs de la santé. Elle affecte les gens dans toute la province, a-t-elle expliqué.

La pénurie de main-d'œuvre dans le monde hospitalier est un enjeu mondial, a mentionné Mme Cape.

Elle est mécontente du plan présenté jeudi par la province. Mme Cape souhaite recruter des travailleurs de la santé à l'international et au niveau collégial. Son syndicat espère que le gouvernement de la Saskatchewan offrira une meilleure qualité de vie et des salaires compétitifs pour que ce plan fonctionne.

Avec les informations de Sasha Teman

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !