•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

White Lips 2022 : vers un autre succès pour Murdochville

Une skieuse en pleine descente au mont Miller.

Une skieuse en pleine descente au mont Miller. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Vincent Lafond

Après un arrêt d’un an, plusieurs forfaits de ski affichaient complet quelques heures à peine après l’ouverture des réservations.

L’événement de ski hors piste réservé aux skieuses n’a rien perdu de sa popularité après un an d’absence en raison de la pandémie.

À peine 72 heures après le lancement des inscriptions, les réservations allaient bon train. Les forfaits sans compromis avec des remontées en hélicoptère et en catski sont déjà tous vendus.

White Lips répond à une demande du marché, croit Nikola Falardeau-Drouin, fondateur du week-end de formation. On ne la [la demande] force pas, hein!

Un week-end pour skieuses seulement

Fondée en 2014, l’organisation du White Lips avait pour but à l’origine de faire la promotion de l’offre touristique hivernale de Murdochville tout en initiant des groupes de skieuses au plaisir de la descente hors piste.

À l’époque, il y avait nettement moins de femmes sur les pentes non damées, souligne Nikola Falardeau-Drouin. Depuis, le marché du ski hors piste s’est développé et l’offre de Murdochville est devenue plus connue.

Le White Lips se distingue encore par sa particularité d’organiser des formations offertes par des femmes à d’autres femmes. La dynamique est différente, relève le président fondateur de l’événement.

Les participantes n’ont pas besoin d’être des skieuses aguerries, mais l’expérience demande une certaine habileté en ski, notamment dans les sous-bois. On demande aux participantes d’être à la recherche de défis. Ce n’est pas de l’initiation au ski, mais de l’initiation à la randonnée alpine, fait valoir Nikola Falardeau-Drouin.

Beaucoup de participantes des années antérieures reviennent plus d’une fois pour revivre l’expérience. C’est un beau mélange d’anciennes et de nouvelles participantes, commente l’organisateur de l’événement.

L’organisateur du White Lips, Nikola Falardeau-Drouin.

L’organisateur du White Lips, Nikola Falardeau-Drouin souligne que les skieuses doivent avoir une bonne base en ski. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / William Bastille Denis

Les participantes sont âgées de 18 à 65 ans et proviennent principalement du Québec. Par les années passées, l’événement a attiré des participantes d’un peu partout au pays, mais en raison de la pandémie, les communications cette année ont ciblé surtout les skieuses du Québec, précise M. Falardeau-Drouin.

Pour faciliter le transport des participantes, un autobus nolisé partira du métro de Longueuil vers Murdochville et s’arrêtera en chemin à Drummondville, Québec et Rimouski.

Participation limitée

Les retombées de l’événement sont tangibles pour Murdochville. Une centaine de personnes, organisateurs, commanditaires, bénévoles, gravitent autour de l’événement, avant, après et pendant celui-ci.

Comme les mesures sanitaires sont toujours en vigueur, le White Lips 2022 sera une version allégée.

Des skis et des planches à neige devant la station de ski.

La station du Mont-Miller à Murdochville (archives).

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

L’événement vise 120 participantes. Dans le passé, on offrait des cours théoriques, que ce soit en gestion de terrains avalancheux, que ce soit des cours de sécurité en avalanche. On s’est un peu limité de ce côté-là, commente le président fondateur du White Lips.

Les participantes doivent être adéquatement vaccinées. Les normes sanitaires qui s’appliquent sont celles de tous les centres de ski de la province.

L'événement aura lieu du 13 au 16 janvier 2022.

Avec les informations de Pierre-Gabriel Turgeon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !