•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’avenir de points de service de la bibliothèque d’Alfred-Plantagenet en discussion

L'un des rayons rempli de livres de la bibliothèque d'Alfred-Plantagenet.

La bibliothèque municipale d’Alfred-Plantagenet compte cinq points de service dont celui-ci à Alfred.

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

L'avenir de certains points de service de la bibliothèque municipale d'Alfred-Plantagenet sera abordé lors de discussions budgétaires tenues par les élus la semaine prochaine.

La question se pose depuis le dépôt d’un rapport préparé par l’administration en novembre dernier. 

Même si le document ne tire pas de conclusion définitive, l’idée d’y regarder d’un peu plus près y certes est évoquée.

 J’ai été surpris de l’évaluation, des commentaires [lors de la présentation du rapport], dit d’entrée de jeu le conseiller municipal René Beaulne qui est impliqué depuis de nombreuses années au sein du conseil d’administration de la bibliothèque municipale.

Dans les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR), la bibliothèque municipale d’Alfred-Plantagenet se démarque par le nombre de points de service qu’elle offre à sa population.

Cinq établissements desservent une population de 9 680 résidents répartis sur un territoire qui s’étend sur une superficie de 392 kilomètres carrés.

Ces points de service sont situés dans les villages de Wendover, Plantagenet, Alfred, Curran et Lefaivre. 

À titre comparatif, la plus grande municipalité de la région en superficie, La Nation, est desservie par trois points de service, alors que la plus populeuse, la Cité de Clarence-Rockland, n'en compte que deux.

René Beaulne est d’avis que cet indicateur peut s’avérer trompeur.

Un homme se tient debout dans les rayons d'une bibliothèque.

Le conseiller municipal du quartier 1 du Canton d’Alfred-Plantagenet, René Beaulne.

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

Ce dernier croit que l’argent consacré par habitant au fonctionnement de la bibliothèque municipale constitue une meilleure base de comparaison.

Le budget annuel consacré par le Canton d’Alfred-Plantagenet à ce service s’élevait à un peu plus de 307 000 $ cette année.

[En  Ontario], sur les 62 bibliothèques [municipales desservant] de 5 000 à 15 000 de population, nous sommes classés au 46e rang au [chapitre du] financement, ajoute le conseiller municipal.

Avoir une idée exacte du degré d’utilisation

Le maire d’Alfred-Plantagenet, Stéphane Sarrazin, l’admet d’emblée : la question est délicate.

Il n’en demeure pas moins nécessaire pour la Municipalité, poursuit-il, d’avoir une idée exacte du degré d’utilisation des points de service de la bibliothèque municipale.  

Le rapport préparé par l'administration à cet effet en fait justement référence. 

En 2020, la bibliothèque municipale d’Alfred-Plantagenet comptait officiellement 1 550  membres. 

Combien de membres font combien de transactions dans chaque village? On a le [nombre] de visites global. On a le [nombre] de visites par village. Mais ça représente combien de gens vraiment?, se demande le maire d’Alfred-Plantagenet.

En étayant ses arguments, Stéphane Sarrazin fait aussi référence au plan directeur des loisirs et de la culture de la Municipalité publié en 2020 .

Le document indique entre autres  qu’il serait justifié de consolider les services bibliothécaires afin de diminuer le nombre d’endroits desservant les usagers […] tout en aménagement un point de service plus grand […]..  

Les deux villages qui n’avaient pas d’école à ce moment-là, soit Curran et Lefaivre, auraient été des villages où les consultants disaient que peut-être que les bibliothèques éventuellement devraient être fermées, ajoute Stéphane Sarrazin. 

S’il n’en tient qu’à René Beaulne, non seulement les cinq points de services devraient demeurer ouverts, mais aussi le budget de la bibliothèque municipale devrait être bonifié.

Parce que la bibliothèque, tient-il à préciser, « c’est bien plus que des livres ».

Une panoplie de programmes et services municipaux et autres y sont offerts, souligne le conseiller. 

En ayant plus d’argent, bien on peut offrir plus de services de meilleure qualité pour attirer plus de gens. […] La culture, c’est important. La formation et le savoir, c’est important, fait valoir René Beaulne l en guise de conclusion.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !