•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un budget 2022-2023 d’un demi-milliard de dollars adopté aux T.N.-O.

La chambre de l'Assemblée législative.

L'Assemblée législative des Territoires du Nord-Ouest a adopté le budget en immobilisations proposé avec 16 voix sur 18.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Radio-Canada

Mercredi, l’Assemblée législative des Territoires du Nord-Ouest a adopté un budget en immobilisations (Nouvelle fenêtre) de 502,6 millions de dollars, surpassant ainsi le montant record de l’année dernière qui était de 451,2 millions $.

Avec près de 300 millions de dollars, le ministère de l’Infrastructure se voit allouer la plus grande part (59 %) des 502,6 millions de dollars du budget territorial. Ceux-ci seront notamment consacrés à la construction et la réhabilitation de routes et de ponts.

Les ministères de la Finance (79,8 millions $) et de la Santé et les services sociaux (49,6 millions $) sont ceux qui arrivent en 2e et 3e position pour le montant de leur financement. Ce dernier ministère reçoit notamment des fonds pour remplacer du matériel médical à travers le territoire et aussi pour ajouter des lits dans des centres de soins de longue durée régionaux.

Une grande pièce avec des lits et des machines enveloppées dans du plastique.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux recevra près de 50 millions de dollars en vertu du budget adopté mercredi.

Photo : Radio-Canada / Walter Strong

Au contraire, l’Administration des terres et l’Assemblée législative se voient confier les sommes les plus modestes, avec respectivement 225 000 $ et 400 000 $.

Deux voix discordantes

Seuls les députés Rylund Johnson et Kevin O’Reilly ont voté contre le budget, qu'ils jugeaient trop dispendieux et qui à la fois n'investissait pas suffisamment en matière de logement.

Le député de Frame Lake espère avoir envoyé un message clair au cabinet qu'il doit remettre de l’ordre dans sa fiscalité. Dans les deux années qu’il reste à la législature, il souhaite que le territoire crée plus de revenus et que les dépenses se concentrent sur des priorités comme l'accès au logement.

Kevin O'Reilly à l'Assemblée législative.

Kevin O'Reilly est le député de Frame Lake dans Yellowknife.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

En 2019, 43 % des logements des T.N.-O. présentaient au moins un problème, soit de ne pas être abordable, adapté ou adéquat. Et comme si cela ne suffisait pas, les besoins essentiels en matière de logement ont augmenté de 11 % au cours des dix dernières années.

Il affirme que près de 1000 personnes se trouvent sur une liste d’attente pour obtenir un logement au territoire, qualifiant ce chiffre de record honteux.

Le député de Yellowknife Nord Rylund Johnson pense que le gouvernement ne devrait pas construire de nouveaux projets alors qu’on a un bilan absolument terrible en ce qui concerne l’entretien de ce que nous avons déjà.

Il croit que cela risque de mettre les générations futures sur la voie de l’échec et des infrastructures décrépies.

Rylund Johnson à l'Assemblée législative.

Rylund Johnson est le député de Yellowknife Nord.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

M. Johnson soutient toutefois qu’il avait voté en faveur du budget si le plan de dépense aurait compris 5 millions $ de plus pour les logements, ainsi qu’un financement permanent à long terme pour les infrastructures de logement.

Selon lui, il aurait été insultant [de sa part] de voter pour un budget qui ne prévoit pas la construction d’une seule maison.

Du financement à l'extérieur de Yellowknife

La députée de Thebacha, Freida Martselos, a pour sa part affiché un fort soutien pour le budget. Pour elle, ce dernier montre une nouvelle considération pour les communautés à l'extérieur de Yellowknife, bien que la majorité des fonds soient encore concentrés dans la capitale.

Nous savons au moins que nous allons avoir de nouveaux bâtiments cette fois-ci, cela n'est pas arrivé dans les centres régionaux et les communautés depuis un certain temps. En général, nous obtenons toujours les miettes.

Selon elle, il faut encourager une croissance économique dans le secteur commercial, pour pouvoir mettre de la nourriture sur la table.

Mme Martselos fait également remarquer que le gouvernement territorial devra être prudent pour s'assurer que les investissements restent dans le Nord, mais que ces considérations sont prises en compte dans la politique d'approvisionnement du territoire en cours de révision.

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !