•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La CMM demande à Québec d’augmenter le financement du logement social et abordable

Une vue aérienne de la rivière des Prairies.

La pénurie de logements sociaux et abordables qui accable Montréal depuis de nombreuses années ne s'arrête pas aux ponts.

Photo : iStock

Radio-Canada

Forts du mandat qui leur a été donné aux élections du 7 novembre dernier, les élus municipaux du Grand Montréal souhaitent faire pression sur le gouvernement Legault pour faire de l'habitation une priorité et pour aider les ménages à revenus faibles et modestes.

La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) demande à Québec d'augmenter le financement du logement social et abordable. Ses membres ont adopté une déclaration à cet effet, jeudi.

L'organisme, qui regroupe 82 municipalités de l'île de Montréal et de sa banlieue, réclame la construction d'au moins 3000 logements sociaux et de 9000 logements abordables supplémentaires par année.

Notre objectif aujourd'hui, un, c'est de dire au gouvernement du Québec : "Vous avez un dernier budget à présenter, au printemps, alors on espère que ça va refléter les problématiques de tout le Québec et de la région métropolitaine en matière d'habitation", a expliqué jeudi sa présidente, la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

Cette dernière veut aussi faire de l'habitation « la question de l'urne » aux élections de 2022. Pour l'ensemble des partis qui s'en vont en élection dès l'année prochaine, ce sera une question qui va revenir, promet la mairesse, qui a elle-même fait campagne cet automne sur le thème de l'accès au logement.

Un problème régional

Les besoins en matière de logements sont connus à Montréal, mais aujourd'hui, c'est toute la communauté métropolitaine qui tire la sonnette d'alarme. Car le problème touche aussi la banlieue.

Quand on parle de taux d'inoccupation de 0,01 % de logements, c'est clairement qu'il y a une pénurie de logements abordables dans notre milieu de vie, souligne le maire de Mascouche, Guillaume Tremblay, nommé président de la Commission de l’habitation et de la cohésion sociale de la CMM.

Dans la couronne nord de Montréal, M. Tremblay affirme que des terrains sont prêts à Terrebonne, Mascouche et Repentigny pour accueillir environ 500 portes d'habitations à loyers modiques. Mais le financement n'est pas là, déplore-t-il.

« Le cri du coeur des 82 villes ce matin, c'est justement [pour] que le gouvernement du Québec débloque les fonds. »

— Une citation de  Guillaume Tremblay, maire de Mascouche et président de la Commission de l’habitation et de la cohésion sociale de la CMM

L'Institut de développement urbain (IDU), qui représente les intérêts des promoteurs, croit aussi que Québec devrait investir davantage en habitation. Le prochain budget du gouvernement devrait d'ailleurs prévoir des sommes importantes et une révision des moyens qui seront pris, selon son président, Jean-Marc Fournier.

Celui-ci cite un article publié jeudi dans La Presse, selon lequel les sommes d'argent ne sont pas au rendez-vous pour les promoteurs qui veulent faire de la place pour de la mixité sociale et de l'inclusion.

Dans une déclaration écrite transmise à Radio-Canada, le cabinet de la ministre des Affaires municipales et de l'Habitation, Andrée Laforest, rappelle avoir investi un milliard de dollars pour construire des logements au Québec depuis les élections de 2018.

D'ailleurs, plus de 7000 logements sont construits ou en voie de l’être grâce au financement substantiel fournit par notre gouvernement, a-t-il soutenu.

Par ailleurs, la CMM demande aussi à Québec de mieux encadrer le marché locatif privé en adoptant des mesures contre l'augmentation abusive des loyers et les rénovictions.

Avec les informations de Benoît Chapdelaine et de Mathieu Prost

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !