•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des tests rapides dans les écoles primaires et les services de garde du Québec

La distribution commencera au cours des prochains jours.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Christian Dubé, en mêlée de presse.

Le gouvernement Legault souhaite « s’en aller de plus en plus vers l’autotest », a confirmé en mêlée de presse le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Christian Dubé, jeudi.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Radio-Canada

Les parents qui soupçonnent leur enfant d'avoir contracté la COVID-19 pourront en avoir le cœur net plus rapidement qu'avant.

Le gouvernement Legault a annoncé jeudi qu'il allait bientôt commencer à distribuer des tests rapides dans l’ensemble des écoles primaires et des services de garde du Québec.

Dans les établissements scolaires, l'opération se mettra en branle dès cette semaine, a d'abord annoncé le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS).

Elle se déroulera graduellement, à commencer par les régions où la situation est davantage préoccupante, soit Montréal, l'Estrie, Chaudière-Appalaches, Lanaudière, la Montérégie et les Laurentides. Les autres régions recevront leurs tests au cours de la semaine du 13 décembre.

À terme, ce sont plus de 3 millions de tests rapides qui seront remis aux parents des 625 000 élèves de niveaux préscolaire et primaire du Québec.

Des tests moins fiables qu'en laboratoire

Chaque élève se verra remettre, dans son sac d’école, une trousse comprenant cinq tests rapides ainsi que le matériel et les instructions permettant de les réaliser, explique le MSSS dans son communiqué.

Ces tests devront uniquement être utilisés si l'élève en question présente des symptômes s’apparentant à ceux de la COVID-19, précise-t-il.

Le MSSS prévient toutefois que les tests rapides ont une fiabilité moindre par rapport aux tests habituellement utilisés en laboratoire.

Pour cette raison, en cas de résultat positif, les parents [devront] se rendre avec l’enfant dans un centre désigné de dépistage de leur région pour faire confirmer ce diagnostic par un test de laboratoire et faire tester les autres membres de la famille, poursuit-il.

En mêlée de presse, le ministre Christian Dubé a confirmé que son gouvernement souhaitait s’en aller de plus en plus vers l’autotest.

« On veut que les gens soient capables de s'autotester eux-mêmes. Donc, ce qu'on veut, c'est que les tests rapides – ou les autotests – soient à la maison. »

— Une citation de  Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec

En fin de journée, le cabinet du ministre Dubé a également annoncé que des tests rapides de dépistage seront fournis au cours des prochains jours, par leur service de garde, à tous les parents d’enfants âgés de plus d’un an.

Comme dans le cas des enfants d'âge préscolaire ou primaire, les parents des enfants en service de garde se verront remettre une trousse comprenant cinq tests rapides à administrer à leurs enfants si ceux-ci présentent des symptômes de la COVID-19.

Québec avait déjà annoncé la semaine dernière que les parents d'enfants malades pourraient maintenant se procurer un test de dépistage auprès de leur service de garde. Grâce à une livraison de tests supplémentaires, le gouvernement peut maintenant leur offrir d'emblée une trousse à utiliser au besoin.

Anne-Marie Dussault s'entretient avec Daniel Paré, directeur de la campagne de vaccination contre la COVID-19 au Québec.

Ces annonces surviennent alors que le Québec a recensé jeudi 1807 cas de COVID-19, un sommet depuis la mi-janvier. À l'heure actuelle, 255 personnes sont hospitalisées en raison de la maladie, dont 60 aux soins intensifs.

Le Québec enregistre désormais le taux de cas actifs le plus élevé du pays. On compte 12 085 infections présentement. Plus du tiers des personnes malades (4657) sont des élèves ou des membres du personnel des réseaux scolaires public et privé.

Le Québec compte à l'heure actuelle 22 écoles fermées ou partiellement fermées.

La dernière en lice est l'École des Cèdres, à Laval, qui a annoncé jeudi qu'elle fermait ses portes (ainsi que celles de son service de garde) jusqu'au 14 décembre inclusivement, en raison d'une cinquantaine de cas actifs de COVID-19.

À moins d'un avis contraire, les élèves seront donc de retour à l'école le mercredi 15 décembre, a fait savoir le Centre de services scolaire de Laval dans une lettre envoyée aux parents.

Évolution de la COVID-19

Pendant ce temps, la campagne de vaccination des enfants âgés de 5 à 11 ans se poursuit. À l'heure actuelle, 34 % des jeunes issus de ce groupe d'âge ont reçu leur première dose, et 1 %, leur deuxième.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !