•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Tout coûte cher » : 6 conseils pour économiser sur votre panier d’épicerie

Une femme prend un produit sur une étagère d'épicerie.

De janvier 2020 à septembre 2021, les prix des denrées alimentaires en Alberta ont augmenté de plus de 7%, selon les économistes d'ATB Financial.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Tardif

« Tout coûte cher. » En une phrase, l’Edmontonienne Christelle Dikete résume ce que les statistiques prouvent mois après mois : le prix des aliments augmente en flèche. Voici quelques conseils récoltés auprès d'amateurs d’économies pour diminuer votre facture d'épicerie.

Magasiner à plusieurs endroits

Quand Cynthia Okitaloshima est arrivée au Canada, sa ressource a été sa belle-mère. Elle a pu me montrer les magasins avec des prix convenables , explique-t-elle. Mme Okitaloshima a maintenant quatre épiceries qu’elle fréquente régulièrement en fonction du rapport qualité prix des produits et de ses besoins.

« Ça fait magasiner à beaucoup d'endroits, mais je ne le fais pas en une traite, j'essaie de m'organiser. »

— Une citation de  Cynthia Okitaloshima

D’origine congolaise, la jeune femme magasine aussi dans les épiceries ethniques qui, selon elle, peuvent être une bonne source d’économies. Ça reste quand même un certain coût [à cause du transport], mais je trouve que les propriétaires ont fait des efforts pour garder les prix stables.

Cynthia sourit dans une allée d'épicerie.

Cynthia Okitaloshima magasine généralement à quatre endroits différents pour trouver les meilleurs prix de produits secs, de fruits et légumes et de produits africains.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Tardif

Astuce : certaines épiceries ont des journées dédiées aux rabais. Par exemple, des épiceries Safeway et Sobeys offrent 10 % à 15 % de rabais sur votre facture le premier mardi de chaque mois.


Les circulaires, sésame des bonnes affaires

Les dépliants que beaucoup jettent sont les armes préférées de Christelle Dikete pour faire des économies. Elle les scrute pour établir sa liste de courses et planifier ses repas de la semaine.

« Si tu passes 5 minutes dessus, tu vas voir que tu vas économiser une affaire de 20 $ à 30 $. »

— Une citation de  Christelle Dikete, reine des circulaires

Des applications comme Flipp ou Reebee compilent les circulaires et les rabais dans les épiceries que vous sélectionnez. C’est aussi une manière facile d’obtenir une réduction si votre magasin offre la garantie du meilleur prix.

Pour l’essence, l’application Gasbuddy vous permet de voir les stations où les prix sont les plus bas.


Acheter en grande quantité

Dès qu'il y a des promotions, je prends le plus que je peux. Il y a une fois, le carton d’ailes de poulet qui coûte 35 $, ils ont fait une vente pour 10 $. J'en ai pris 5, 6, 7, je ne sais même plus , raconte Christelle Dikete.

Christelle Dikete est assise à sa table de cuisine.

Christelle Dikete scrute les circulaires et les sites internet des épiceries pour trouver les rabais les plus intéressants.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Tardif

Pour que ce type d’achats fonctionne, il faut cependant être organisé pour ne pas se retrouver avec des aliments périmés ou brûlés par de longs mois dans le congélateur.

Chez moi à la maison il y a toute une routine, mon mari me dit souvent tu aurais dû travailler à l'armée , rit Mme Dikete.

Attention aussi à toujours comparer le prix au kilo.


Profiter des produits en fin de vie

L’autre bon conseil de Cynthia Okitaloshima, c’est de repérer les aliments à prix réduit à cause de leur péremption rapprochée. Au Wholesale, par exemple, j'ai remarqué qu’ils ont un coin réservé pour les fruits et légumes bien bien mûrs si je peux le dire comme ça. Souvent sur ces produits-là, il y a moins 30 % ou 50 %, a-t-elle remarqué.

Une application appelée Flashfood s’est d’ailleurs développée sur ce concept. Elle recense des produits proches de la date de péremption dans les épiceries avec lesquelles elle a établi des partenariats. Caisse de fruits et légumes flétris, pains et viandes sont en moyenne offerts à la moitié du prix. D’autres applications du même type comme Food Hero sont disponibles dans d’autres parties du Canada, mais pas encore en Alberta.

Encore une fois, ce type de rabais demande une bonne organisation. Mme Okitaloshima se sert ainsi des légumes un peu trop mûrs comme base de sauce pour ses plats africains.



Choisir les cartes de fidélité qui vous conviennent

Les deux femmes ont des cartes de fidélité, mais Christelle Dikete n’a pas hésité à se départir du programme AirMiles parce que les récompenses ne venaient pas assez rapidement pour elle.

De très nombreuses applications existent sur le marché pour récolter des points de fidélité et un retour d’argent. Rakuten, Caddle et Checkout51 sont parmi les applications régulièrement citées. Toutefois, le danger est que la course aux points peut se transformer en achats inutiles d'autant que ces applications fonctionnent avec des marques précises et non pas des produits génériques.


Ne pas oublier les ressources communautaires

C’est le conseil numéro un de Anna Jordan, facilitatrice de programmes à l’organisme Momentum. Les banques alimentaires et d’autres associations offrent des paniers de nourriture aux gens admissibles. Il existe toutefois des ressources sans critère d’admissibilité.

Une personne prend un melon dans une boîte remplie de fruits et de légumes.

Environ 17 000 boîtes du programme Good Food Box ont été distribuées aux Calgariens en 2020.

Photo : Radio-Canada

À Edmonton, l’organisation CANAVUA offre régulièrement des denrées alimentaires à son bureau.

À Calgary et dans les municipalités avoisinantes, le système des Good Food Box permet de commander une fois par mois une caisse de légumes et de fruits de saison à prix réduit. Les boîtes peuvent être ramassées à différents endroits de la ville.

La métropole albertaine a aussi un marché communautaire, le Alex Community Food Centre, qui vend des produits frais à prix réduit une fois par semaine. Edmonton a un programme similaire appelé Food4Good, mais l’association est en cours de restructuration.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !