•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il faut des tests rapides dans les écoles élémentaires, selon des experts

Le gouvernement Ford renvoie la balle à Ottawa et aux bureaux locaux de santé publique.

Une classe vide.

L'Ontario a actuellement un nombre record d'éclosions de COVID-19 dans les écoles élémentaires.

Photo : La Presse canadienne / Carlos Osorio

Radio-Canada

Les écoles élémentaires en Ontario devraient offrir des tests rapides aux élèves une à trois fois par semaine, selon un groupe d'experts qui a conseillé le gouvernement Ford tout au long de la pandémie.

Ces tests seraient offerts aux élèves asymptomatiques qui le souhaitent et qui ne sont pas pleinement vaccinés, précise le Groupe consultatif scientifique ontarien de lutte contre la COVID-19.

L'objectif : identifier les élèves infectés avant que cela ne mène à des éclosions nécessitant la suspension des cours dans une classe ou la fermeture d'une école.

Selon le bilan provincial de jeudi, 280 écoles ont une éclosion, y compris 255 établissements élémentaires. C'est du jamais vu depuis le début de la pandémie.

Nous considérons que les écoles élémentaires sont une priorité pour le dépistage volontaire, étant donné que les élèves de moins de 12 ans ne sont pas pleinement vaccinés en Ontario, explique le Groupe consultatif.

Ses recommandations :

  • Dans les régions où il y a 35 cas par 100 000 habitants par semaine : 1 test rapide par semaine (environ les deux tiers des 34 régions sanitaires de l'Ontario répondent à ce critère actuellement; parmi les exceptions : Toronto et les régions de Peel, York et North Bay)
  • Dans les secteurs où il y a 75 cas par 100 000 habitants par semaine : 2 à 3 tests rapides par semaine

Le Groupe consultatif prône aussi l'utilisation de tests rapides dans le cas des camarades de classe exposés à un élève infecté. Plutôt que de placer toute la classe en isolement à la maison pendant deux semaines, les élèves asymptomatiques pourraient retourner à l'école s'ils subissent un test antigénique chaque jour.

Le gouvernement Ford se défend

Alex Hilkene, l'attachée de presse de la ministre de la Santé Christine Elliott, affirme que la province distribue actuellement plus de 1 million de tests antigéniques par semaine.

Ces tests sont utilisés par des entreprises, des hôpitaux, des centres de soins de longue et certaines écoles en zone chaude. La province cite à ce sujet l'exemple de Sudbury.

En date du 6 décembre, l'Ontario avait distribué plus de 34 millions de tests rapides, beaucoup plus que toutes les autres provinces combinées, dit Mme Hilkene. L'Ontario a déployé près de 60 % de tous les tests rapides utilisés au pays. À titre de comparaison, le Québec a distribué 5,7 millions de tests et la Colombie-Britannique, 1,16 million.

Christine Elliott à un point de presse; Doug Ford est en arrière-plan.

La ministre de la Santé, Christine Elliott, et le premier ministre, Doug Ford

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Le gouvernement Ford rappelle également que chaque élève ontarien recevra cinq tests antigéniques pour la période des Fêtes, soit 11 millions de tests.

Toutefois, le Groupe consultatif recommande plutôt un usage préventif à grande échelle des tests rapides dans l'ensemble des écoles élémentaires.

La province rétorque qu'elle ne peut pas en faire plus pour le moment, faute d'avoir suffisamment de tests, montrant le fédéral du doigt. L'Ontario déploie chaque test que nous recevons du gouvernement fédéral, ce pour quoi la ministre Elliott a écrit à son homologue fédéral, le ministre Duclos, la semaine dernière, au sujet du nombre limité de tests rapides approuvés par Santé Canada, indique Mme Hilkene.

De son côté, le bureau du ministre de l'Éducation, Stephen Lecce, affirme que la province a déjà offert aux bureaux locaux de santé publique de leur fournir plus de tests antigéniques, s'ils le désirent.

Pour sa part, l'opposition officielle néo-démocrate demande à nouveau au gouvernement de distribuer gratuitement des tests rapides à tous les Ontariens qui en désirent, que ce soit pour visiter un proche ainé ou pour aller magasiner dans un centre commercial bondé. Doug Ford doit arrêter de jouer aux dés avec les questions de santé publique, dit la députée du NPD Catherine Fife.

Les experts du Groupe consultatif affirment que les tests antigéniques, qui ont une marge d'erreur supérieure à celle des tests PCR, sont tout de même utiles dans le cas du variant Delta, parce que sa charge virale serait présente avant l'apparition de symptômes.

Pour sa part, le Québec a annoncé jeudi matin qu'il distribuerait des tests rapides dans ses écoles élémentaires à compter de cette semaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !