•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’un des 19 hélicoptères de l’armée de l'air qui présentent des fissures a été réparé

Un hélicoptère se pose sur un navire en mer.

Un hélicoptère Cyclone (archives).

Photo : Forces armées canadiennes / Matelot de 3e classe Raymond Kwan

La Presse canadienne

Des réparations ont été effectuées sur l'un des 19 hélicoptères Cyclone qui ont présenté récemment des fissures dans la queue, a confirmé mercredi l'Aviation royale canadienne.

L'armée de l'air a indiqué que Sikorsky Aircraft, le constructeur américain des 24 Cyclone livrés au Canada, avait mis au point un correctif, qui implique l'installation de renforts pour fournir une résistance supplémentaire à la cellule de l'hélicoptère.

Des réparations sont en cours pour plusieurs appareils, car nos experts en ingénierie et techniques travaillent en étroite collaboration avec Sikorsky pour remettre la flotte en état de fonctionnement, a déclaré la major Cynthia Kent dans un communiqué.

La major Kent, porte-parole de l'armée de l'air, a déclaré qu'il faudrait environ deux à trois jours pour réparer chacun des 19 appareils, sans donner plus de détails sur la nature des dommages.

Nous n'avons pas encore de calendrier définitif pour l'achèvement des réparations, a déclaré Mme Kent. Nous n'avons jamais constaté ce problème auparavant avec la flotte de CH-148, et la cause fait toujours l'objet d'une enquête auprès du fabricant.

Des vols réduits

L'Aviation canadienne avait auparavant déclaré que sa flotte de CH-148 Cyclone n'avait techniquement pas été immobilisée ni mise en pause opérationnelle, mais la major Kent a confirmé que les 19 appareils endommagés n'effectuaient plus de vols réguliers.

Mme Kent a rejeté la thèse voulant que les fissures aient pu apparaître dans le mécanisme de pliage de la queue de l'appareil, qui est unique à la version Cyclone de l'hélicoptère civil S-92 de Sikorsky. Aucune fissure n'a été décelée sur la charnière ou le mécanisme de verrouillage de la queue, a-t-elle précisé.

Chez Sikorsky

De son côté, le porte-parole de Sikorsky, John Dorrian, a confirmé mercredi que les fissures, détectées pour la première fois le 26 novembre, se situaient dans la partie avant du cône de queue, la section la plus proche du fuselage de l'appareil.

Selon M. Dorrian, ces fissures ne posent pas de risques immédiats pour la sécurité, mais cela pourrait changer si les hélicoptères endommagés continuaient à voler sans réparations.

Une équipe militaire entoure un hélicoptère sur le pont du navire.

Les appareils Cyclones CH-148 ne poseraient pas de danger, mais doivent être réparés dès que possible selon le fabriquant Sikorsky. (archives)

Photo : Matelot de 1re classe Simon Arcand/Forces armées canadienne

L'objectif est d'effectuer les réparations rapidement pour éviter que les fissures ne s'aggravent et ne deviennent plus coûteuses à réparer, a-t-il dit en entrevue.

De plus, M. Dorrian a confirmé qu'il n'y avait aucune fissure dans les composants principaux de charge structurelle des hélicoptères - autrement dit : les principales pièces porteuses de la cellule du Cyclone.

Nous travaillons avec [l'Aviation royale canadienne] pour résoudre le problème, a-t-il indiqué dans un courriel. L'analyse préliminaire suggère que ce problème est unique à la configuration de la cellule des Cyclone.

Les fissures ont été détectées pour la première fois lors d'une inspection de routine au 443e Escadron d'hélicoptères maritimes à Patricia Bay, en Colombie-Britannique, qui compte six hélicoptères Cyclone. L'ensemble de la flotte de Cyclone canadiens est supervisée par la 12e Escadre Shearwater, qui compte de son côté 17 de ces hélicoptères.

C'est un Cyclone qui s'était écrasé au large des côtes grecques en avril 2020, tuant les six militaires à bord.

L'armée a déclaré dimanche que deux Cyclone de la flotte ne semblaient pas avoir de défaut dans la queue, et les deux autres étaient déjà en maintenance à long terme et seront inspectés à une date ultérieure.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !