•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nouveau-Brunswick troisième producteur mondial de sirop d’érable en 2021

Une cuillère de sirop d'érable.

Les conditions du printemps dernier ont permis au Nouveau-Brunswick de se hisser au troisième rang mondial des producteurs de sirop d'érable (archives).

Photo : iStock

Radio-Canada

Les conditions particulièrement favorables du printemps dernier ont propulsé le Nouveau-Brunswick au troisième rang mondial de l’industrie acéricole, derrière le Québec et le Vermont.

Nous avons eu une bonne saison, meilleure que l’année dernière, souligne Louise Poitras, de l’Association acéricole du Nouveau-Brunswick.

Selon les données de Statistique Canada publiée mercredi, la province a produit une quantité record de 4,7 millions de kilogrammes (786 000 gallons) de sirop et d’autres produits de l’érable cette année. C’est une hausse de 40 % comparativement à 2020.

Une goutte de sève tombe d'un chalumeau posé sur un érable entaillé.

La récolte du sirop d'érable au Nouveau-Brunswick en mars 2021.

Photo : Radio-Canada / Guy LeBlanc

Le Québec demeure au premier rang malgré les mauvaises conditions météorologiques en mars qui ont entraîné une baisse de 24 % de sa production.

L’État du Vermont, au second rang, a connu une baisse de 21 %, rapporte le quotidien américain Burlington Free Press.

L’État de New York, qui occupait jusque-là le troisième rang, a connu une baisse de 20 %. La baisse combinée à la hausse de la production au Nouveau-Brunswick a mené la province à surclasser cet État.

Les producteurs du Québec ont fait les manchettes à l'échelle internationale le mois dernier quand ils ont annoncé leur intention de commercialiser près de 23 millions de kilogrammes de sirop tirés de leurs réserves stratégiques afin d’équilibrer la production.

La sève des érables coule à la fin de l’hiver ou au début du printemps quand les températures se situent sous le point de congélation durant la nuit et au-dessus du point de congélation durant le jour.

Tout changement de ces conditions peut grandement perturber la production. C’est ce qui s’est produit cette année dans la plupart des régions productrices en Amérique du Nord, mais pas au Nouveau-Brunswick.

Louise Poitras devant des érables.

Louise Poitras, directrice de l'Association des acériculteurs du Nouveau-Brunswick, précise que la saison 2021 au Québec a été plus courte que d’habitude (archives).

Photo : Gracieuseté

Le Nouveau-Brunswick a triplé sa production au cours des 15 dernières années en donnant aux producteurs accès à des milliers d’hectares supplémentaires sur les terres de la Couronne. Le gouvernement, dans une déclaration, se dit satisfait de cette croissance.

L’Ontario, qui se disait au second rang des producteurs au Canada en 2018, a aussi connu des difficultés cette année. Selon Statistique Canada, l’Ontario a produit 2,8 millions de kilogrammes de sirop et d’autres produits de l’érable en 2021. La production du Nouveau-Brunswick est supérieure de 41 %.

D’après un reportage de Robert Jones, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !