•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement albertain a abaissé les coûts sur la pollution de CNRL

Le site Horizon de Canadian Natural Resources Ltd.

Le site Horizon de Canadian Natural Resources, à environ 70 kilomètres au nord de Fort McMurray, en Alberta.

Photo : CNRL

Radio-Canada

Pendant trois années consécutives, le gouvernement de l'Alberta a accordé au site de sables bitumineux le plus polluant du Canada des réductions des paiements que les pollueurs sont tenus de faire pour avoir généré des émissions plus élevées que la majorité de l'industrie, montre un document gouvernemental obtenu par Reuters.

De 2018 à 2020, l'Alberta a abaissé les coûts du site pétrolier de Rivière-la-Paix de Canadian Natural Resources (CNRL) en lien avec les exigences provinciales en matière d'émissions, rapporte Reuters.

Les émissions par baril de Rivière-la-Paix sont trois fois plus élevées que la moyenne des sables bitumineux.

Canadian Natural Resources Ltd, qui est le plus grand producteur de pétrole du Canada et qui a réalisé un bénéfice ajusté de 2,1 milliards de dollars au troisième trimestre, est l'une des six entreprises à bénéficier d'un allègement financier dans le cadre d'un programme lancé en 2018.

L'Alberta exige que les installations à fortes émissions qui polluent plus que la référence de l'industrie se conforment, soit en achetant des crédits d'émissions d'installations plus performantes, soit en versant un montant dans un fonds gouvernemental pour lequel la contribution s'élève actuellement à 40 dollars par tonne de gaz à effet de serre produite.

Le programme de maîtrise des coûts de la province atténue toutefois les difficultés financières des installations dont les coûts de conformité sont supérieurs à 3 % de leurs ventes ou à plus de 10 % de leurs profits, afin d'éviter les épreuves économiques.

Le ministère de l'Environnement de l'Alberta a fourni, à la demande de Reuters, une liste des entreprises qui ont bénéficié du programme.

Le porte-parole Tom McMillan a indiqué qu'il ne divulguerait pas les montants de l'allègement des coûts dont les entreprises ont bénéficié, les qualifiant d'informations commerciales délicates.

Greenfire Oil and Gas Limited et Athabasca Oil Corp, qui exploitent les deuxième et huitième sites de sables bitumineux les plus polluants de l'Alberta, selon les dossiers du gouvernement, ont également bénéficié de réductions de coûts.

Le gouvernement de l'Alberta a également réduit le coût de conformité de Canadian Natural Resources Ltd pour son usine de gaz de Hays en 2018 et 2019.

Canadian Natural Resources Ltd n'a pas répondu à Reuters lorsqu'on lui a demandé la valeur financière de l'allègement du coût du carbone dont elle a bénéficié.

Alors que nous faisons progresser les technologies pour réduire notre empreinte carbone dans toutes nos installations, nous continuerons à fournir des emplois locaux et des avantages économiques, indique CNRL dans un communiqué.

Le ministre de l'Environnement défend le système fait pour l'Alberta

Les pays qui produisent des combustibles fossiles doivent relever le défi de réduire leurs émissions sans nuire à leur économie, mais le responsable national du climat à Environmental Defence, Dale Marshall, croit que les politiques albertaines sont inadéquates.

Les installations pétrolières obsolètes et à fortes émissions continuent de fonctionner malgré les tentatives du gouvernement de réduire les émissions, note-t-il.

Le ministre de l'Environnement, Jason Nixon, défend toutefois les efforts de l'Alberta. C'est un système fait pour l'Alberta, qui fonctionne avec, et non contre, nos industries clés.

Deux façons pour les entreprises de réduire les obligations liées au coût du carbone

Le Canada est le quatrième plus grand producteur de pétrole au monde et le secteur pétrolier et gazier est aussi le plus grand émetteur du pays.

Cela en fait un défi de taille pour le premier ministre Justin Trudeau, qui vise à réduire les émissions nationales de gaz à effet de serre du Canada de 40 % à 45 % d'ici 2030 par rapport à 2005.

Il y a toujours cette tension autour de la préoccupation pour les emplois, mais dans ce cas, je me demande vraiment si la suppression [du programme d'allègement des coûts] entraînera réellement des pertes d'emplois, étant donné l'ampleur des flux de trésorerie disponibles et des dividendes du secteur, indique Sara Hastings-Simon, directrice du programme de développement énergétique durable de l'Université de Calgary.

Une usine de gaz naturel appartenant à Keyera Corp, une usine de pâte à papier West Fraser Mills et une usine de biocarburants Enerkem ont également bénéficié d'un allègement.

Aucune de ces entreprises, à l'exception de Canadian Natural Resources Ltd, n'a répondu aux demandes de commentaires.

Avec les informations de Rod Nickel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !