•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

10 améliorations au tramway : des réponses à la mi-janvier

Une maquette du design du tramway

Un exemple de l'intégration du tramway sur la rue de la Couronne. (Archives)

Photo : Ville de Québec

Le maire Bruno Marchand promet plus de détails dès le début de 2022 sur les 10 changements qu’il a proposés au projet de tramway pendant la campagne électorale. Les modifications les plus ambitieuses incluent l’enfouissement des fils et le retrait de la dalle de béton dans les quartiers névralgiques.

Le bureau de projet est déjà en train d'évaluer ces améliorations-là. On est en train de regarder les impacts et de poursuivre, finir l'évaluation des améliorations, explique le maire de Québec. Dès la mi-janvier, Bruno Marchand avance qu’il sera en mesure de statuer sur la plupart des modifications.

Il prévient que certaines idées pourraient être mises de côté si elles s’avèrent trop coûteuses. Il serait par exemple hors de question de payer 500 millions de dollars, un montant fictif avancé par le maire, pour l’enfouissement des fils. Il y a une question de pragmatisme là-dedans.

Bruno Marchand soutient aussi que les échéanciers du projet sont intouchables. Ça ne doit pas changer le lancement des appels d'offres qui doit se faire au printemps, tranche le maire sans hésiter en ajoutant que l’inauguration du tramway doit se faire à l’automne 2028.

Les 10 propositions de Québec forte et fière pour le tramway :

  • Sauver 60 % des 1700 arbres qui doivent être abattus ou en planter 20 pour 1 quand il faut abattre
  • Retirer la dalle de béton surélevée dans certains quartiers
  • Retirer les fils aériens dans certains quartiers
  • [Réalisée] Nommer un élu au comité exécutif responsable de la communication avec la population
  • Offrir du soutien aux gens expropriés et réserver de l’espace pour des logements sociaux
  • Développer le transport en commun vers le nord dans une 2e phase
  • Offrir du transport intermodal à chaque station (ex : autopartage, vélopartage)
  • Diminuer la nuisance des chantiers en offrant de la prévisibilité
  • Construire les remontées mécaniques initialement prévues au projet
  • Mettre en place une tarification sociale basée sur le revenu

Redevances

Québec forte et fière (QFF) maintient aussi le cap sur l’imposition d’une redevance sur les nouveaux projets immobiliers qui verront le jour le long du tracé du tramway.

Plus longue à analyser, cette proposition ne verra pas le jour avant au moins quelques années. On va utiliser l'année 2022 pour l'évaluer et dire aux gens que ça va concerner quand ça va rentrer en place [...] et comment ça va marcher, explique Bruno Marchand.

Ce n’est pas le bureau de projet du tramway qui étudiera la question, mais plutôt l’administration municipale puisque la redevance sera liée aux demandes de permis de construction.

Encore là, Bruno Marchand se donne le droit de reculer si les analyses démontrent que les inconvénients dépassent largement les bénéfices. Si on a un autre son de cloche avec une évaluation plus rigoureuse, on ne sera pas con au point de penser que nos engagements seront absolument faits même s'ils ne sont pas bons.

Avec la collaboration de Louise Boisvert

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !