•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Stade olympique : incertitude autour du projet de passerelle suspendue

Le Parc olympique n’a reçu aucune soumission pour la construction du système de protection contre les chutes lié au projet de passerelle suspendue au sommet du mât. Le contrat a fait l’objet de deux plaintes à l’Autorité des marchés publics.

Le stade olympique de Montréal.

Le stade olympique de Montréal.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le Parc olympique doit à nouveau faire ses devoirs afin de livrer en 2023 son projet de passerelle suspendue au sommet du mât du stade.

Radio-Canada a appris qu’aucun soumissionnaire n’avait répondu à l’appel d’offre du Parc olympique visant l’installation d’un système protection contre les chutes lié au projet de passerelle suspendue.

Cette passerelle consistera en une attraction pour les amateurs de sensations fortes, où les visiteurs, sans expérience, circuleront sur une plateforme métallique sans garde-corps et suspendue à environ 160 mètres du sol. Les participants seront retenus à un rail de sécurité aérien à l’aide de câbles et de harnais, peut-on lire dans l'avis d’intention du Parc olympique de mars 2021.

L’appel d'offres lancé en juillet était pourtant ouvert aux marchés publics de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Notre équipe de gestion de projet analyse actuellement les options possibles découlant de l’absence de soumissionnaires à la suite du processus infructueux de l’appel d’offres, écrit le porte-parole Cédric Essiminy.

Ce dernier reconnaît que le Parc olympique a consciemment exigé dans son appel d’offres que le fournisseur possède déjà une expertise et une expérience dans la conception, l’installation et l’opération de systèmes similaires à l’intention du public sans formation.

Il s’agit d’une expertise rare et pointue, mais le Parc olympique considère qu'elle est essentielle à la sécurité du public, précise M. Essiminy.

Ce dernier ajoute que l’effervescence actuelle du marché de la construction n’est pas favorable et, de façon générale, le nombre de soumissionnaires sur la majorité des appels d’offres en construction a grandement diminué et cette situation se constate dans l’ensemble du marché.

Un projet qui suscite deux plaintes à l’AMP

Le Parc olympique pensait avoir trouvé un fournisseur plus tôt cette année.

Un avis d’intention pour un contrat de gré à gré avec une firme ontarienne avait été publié en mars.

Seule la firme Highwork de Val Caron en Ontario a déjà réalisé ce type de projet, en l’occurrence la passerelle EdgeWalk de la Tour du CN de Toronto, précisait alors les documents publics du Parc olympique.

Une plainte d’une société concurrente avait cependant mené l’Autorité des marchés publics (AMP) à ordonner en juin au Parc olympique de ne pas donner suite à son intention de conclure un contrat de gré à gré et de recourir à un appel d’offres public qui permet la mise en concurrence des soumissionnaires selon des critères de sélection spécifiques.

La publication d’un appel d’offres formel a de nouveau mené à une plainte et à la suspension temporaire de l’appel d’offres jusqu’au mois de septembre.

Le projet de passerelle suspendue s’inscrit dans un projet plus vaste de rénovation des espaces touristiques à la Tour de Montréal afin d’accueillir les visiteurs et touristes étrangers lors de la reprise attendue du tourisme à Montréal, conclut le porte-parole du Parc olympique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !