•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les conseillers municipaux d’Ottawa adoptent le budget 2022

L'extérieur de l'hôtel de ville d'Ottawa.

Il s'agit du 12e budget de Jim Watson à titre de maire d'Ottawa (archives).

Photo : Radio-Canada / David Richard

Radio-Canada

Au terme d’une longue réunion mercredi soir, les conseillers municipaux de la Ville d'Ottawa ont adopté le budget de l’année 2022, d'une valeur de 4,1 milliards de $, à 16 voix contre 8. Le budget prévoit une hausse des taxes municipales de 3 %.

En fonction de cette hausse, un propriétaire urbain paiera 119 $ de plus d’impôts par année et un propriétaire rural paiera 91 $ de plus comparativement à 2021.

Les dépenses pour les services sociaux et communautaires ainsi que les services de transports en commun représentent plus de 35 % du budget de la Ville.

Parmi les élus qui ont voté contre, on retrouve Mathieu Fleury et Catherine McKenney, qui a d’ailleurs qualifié ce budget comme étant le pire de cette législature.

Lors du conseil, le maire d’Ottawa, Jim Watson, a souligné que l’inflation pourrait atteindre 4 % l’année prochaine et qu’il est important de maintenir les impôts aussi bas que possible.

En conférence de presse, il a tenu à défendre son budget, son 12e à la tête de la capitale nationale. Je pense que le budget est solide et équitable. C’est bon pour les contribuables, les passagers d’OC Transpo et les citoyens.

Le maire répond aux questions des journalistes dans une grande salle.

Le maire d'Ottawa, Jim Watson.

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

De son côté, la conseillère Diane Deans a qualifié ce budget de décevant et que la Ville agit comme si le monde ne changeait pas.

Son homologue Mathieu Fleury, qui représente les citoyens du quartier Rideau-Vanier, a sensiblement mentionné le même message : Le monde a changé. Nous avons tous changé au cours des 26 derniers mois, avec la COVID. On voit beaucoup d’écarts dans ce budget, et c’est pourquoi je voterai contre.

Aux personnes qui critiquent son budget, Jim Watson leur répond ceci : Où sont leurs propositions pour améliorer la situation ici à Ottawa?, a-t-il fait valoir, ajoutant que la Ville fait face à de nombreux défis et qu'elle se doit d'être « réaliste ».

Faits saillants du budget :

  • 427,3 millions $ en financement d’immobilisations;
  • 17 millions $ pour aménager davantage de logements abordables et de logements avec services de soutien;
  • 27 millions $ de financement communautaires pour les organismes de services sociaux à but non lucratif.


Source : Ville d’Ottawa

Le conseil municipal a également approuvé une somme de 56,66 millions $ à la Bibliothèque publique d’Ottawa, ce qui équivaut à une augmentation de 2,33 millions $ par rapport à 2021.

Par ailleurs, lors de la conférence de presse, Jim Watson n’a pas voulu confirmer s’il allait solliciter, ou non, un nouveau mandat lors des prochaines élections municipales. Je vais vous le faire savoir avant le 31 décembre.

11 millions $ de plus pour la police

Au cours de l’après-midi, le conseil municipal d'Ottawa a adopté le budget 2022 du Service de police qui prévoit une augmentation de 2 %, soit environ 11 millions $ de plus que le budget de l’année précédente.

Le budget policier de 340 millions $ a été adopté à 19 voix contre 5. L’augmentation est moins élevée que ce qu’avait souhaité le chef de police, Peter Sloly, qui revendiquait une hausse de 2,9 %.

La différence entre ce qui a été réclamé et ce qui a été octroyé à la police d’Ottawa est de 2,65 millions $.

Les discussions qui ont mené à l’adoption de ce budget ont été vives.

Plusieurs conseillers municipaux ont exprimé leurs inquiétudes quant à la qualité des services qui seront offerts par les policiers dans les prochaines années, alors que le Service de police d'Ottawa doit en plus trouver 7,1 millions $ en économies administratives.

« Je suis préoccupé par la façon dont ça va se déployer. Est-ce que le service va en souffrir? »

— Une citation de  Eli El-Chantiry, conseiller du quartier West Carleton-March

J’ai de graves inquiétudes, a lancé la mairesse suppléante et conseillère du quartier Innes, Laura Dundas. Cette réduction peut créer de graves situations où les policiers ne peuvent pas répondre à des appels.

Je ne vois pas comment vous allez pouvoir y arriver, a rétorqué le conseiller du quartier Rivière, Riley Brockington, en appui aux propos de sa collègue.

Dans un ultime effort, la conseillère du quartier Gloucester-Southgate et présidente de la Commission des services policiers, Diane Deans, a plaidé en faveur de ce budget qu’elle juge équitable.

Il est explicitement indiqué dans notre motion que ces économies ne devraient pas affecter les services de première ligne, a-t-elle martelé.

Le chef de police, Peter Sloly, n’a toutefois pas manifesté la même conviction. Il promet de faire de son mieux pour réaliser ces économies tout en maintenant des services de qualité et sans congédier de policiers, mais il ne garantit rien.

« Nous y arrivons déjà à peine. »

— Une citation de  Peter Sloly, chef du SPO

À ce point, je ne peux pas vous dire quel sera l’impact de ces réductions, a-t-il soutenu.

Cela peut produire plus de risques. Je ne dis pas que c'est infaisable. Mais on va tout faire pour y arriver.

Peter Sloly pose devant le logo du Service de police d'Ottawa.

Le chef du Service de police d'Ottawa, Peter Sloly (archives)

Photo : Radio-Canada / Jean Delisle

Pour de meilleurs services communautaires

Les conseillers ont aussi voulu savoir comment seront dépensés les 2,65 millions $ d’économies réalisées par une hausse moins élevée du budget policier. Plusieurs ont souhaité davantage d’investissements dans des services communautaires et sociaux.

Ces élus font écho à une poignée de manifestants qui ont réclamé, mercredi matin, devant l’hôtel de ville d’Ottawa, une réduction du financement de la police et une meilleure répartition des ressources.

Une motion présentée par le conseiller du quartier Alta Vista, Jean Cloutier, a été adoptée à l’unanimité. Cette motion a mis de l'avant qu'une somme de 2,1 millions $ des 2,65 millions $ soit allouée à des programmes de santé mentale et à des services pour jeunes racialisés et membres de la communauté autochtone.

« Cette motion représente un premier pas historique vers une approche centrée sur la communauté en matière de sécurité publique. »

— Une citation de  Rawlson King, conseiller, Rideau-Rockcliffe

Le conseiller du quartier Rideau-Rockcliffe, Rawlson King, qui a voté en faveur de la motion, soutient que cet argent sera dirigé vers des organismes mieux équipés que la police pour faire face à des situations de santé mentale, de toxicomanie, de pauvreté et d'itinérance.

Nous avons très clairement entendu la communauté qui n'est pas satisfaite du statu quo, a-t-il déclaré. De nombreux résidents et responsables de services sociaux nous ont demandé de bâtir un cadre alternatif qui aborde les défis systémiques et, ultimement, les racines de la cause du crime.

Les élus ont aussi voté en faveur d’une allocation de 550 000 $ pour la mise en place d’un système de triage des appels au 911 en lien avec la santé mentale.

Avec les informations de Frédéric Pepin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !