•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

90 % des plastiques agricoles ne sont pas récupérés au Bas-Saint-Laurent

Des balles de foin enveloppées de plastique, rangées sur le bord d'une ferme en hiver.

Des balles de foin enveloppées de plastique

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Un portrait sur l'utilisation des plastiques agricoles au Bas-Saint-Laurent révèle notamment que 90 % de ces plastiques ne sont pas récupérés dans la région. Ce rapport fait suite à l'engagement pris en 2020 par le comité sur les plastiques agricoles au Bas-Saint-Laurent de s'attaquer au problème de ces résidus plastiques.

Ce comité est formé de 30 intervenants en agriculture et en gestion des matières résiduelles,

Le portrait a été réalisé par le consortium Élyme Conseils, JMP Consultants et Synergie BSL pour ce comité régional.

Il s'agit de la première étape du mandat qui lui a été confié pour tenter de trouver des solutions pour réduire les besoins en matière de plastique à la source et éviter l'enfouissement de tonnes de déchets.

Il existe peu de débouchés pour cette matière et son recyclage est difficile. Ces plastiques sont utilisés par un peu plus de 1500 entreprises agricoles et acéricoles dans la région.

Recyc-Québec indiquait en 2019 que le Bas-Saint-Laurent figurait à la 3e place dans régions dans lesquels ces plastiques sont les plus utilisés.

Le producteur laitier Mathieu Filion au travail sur sa ferme laitière.

Près de 400 producteurs agricoles et acéricoles ont répondu à un sondage en ligne lancé par le consortium au printemps dernier. Cet exercice a permis de connaître les pratiques présentement appliquées en matière de récupération du plastique dans leurs entreprises. (Archives)

Photo : Radio-Canada

Pour dresser un portrait de l'utilisation de plastique dans les entreprises agricoles de la région, le consortium a procédé à un sondage auquel 397 producteurs agricoles et acéricoles ont répondu au printemps dernier.

Synergie BSL a également réalisé une enquête sur le recyclage des plastiques agricoles au Bas-Saint-Laurent en consultant des collecteurs, des recycleurs, Agrirécup, etc. Cet exercice a permis d'identifier les pratiques actuellement en place pour la récupération ou le recyclage de ces déchets plastiques.

Ces exercices ont permis au consortium de révéler que 992 tonnes de plastique sont utilisées pour l'ensilage sous forme de films d'enrobage ou de bâches. Selon le consortium, il s'agit d'un nombre qui dépasse de 27 % les évaluations réalisées par Recyc-Québec en 2019.

Quelque 250 tonnes de plastique sont aussi employées par l'industrie acéricole (collecteurs, tubulures, chalumeaux), dont environ les deux tiers dans la MRC de Témiscouata. Par contre, de ce nombre, la moitié des tubulures est récupérée ou recyclée en granules.

Dans la Municipalité régionale de comté de Témiscouata, ce sont 80 % des tubulures de plastique qui sont récupérées par la Régie intermunicipale des déchets du Témiscouata (RIDT) et la Société VIA à Rivière-du-Loup.

Dans la Municipalité régionale de comté des Basques, un système de collecte à la ferme permet la récupération d'environ 73 % des plastiques d'enrobage utilisés par les agriculteurs.

« On pourrait peut-être bâtir cette expertise-là pour aller plus loin et, aussi, regarder ce qui pourrait être fait à plus large échelle, pour être cohérent au niveau régional. »

— Une citation de  Évariste Feurtey, coordonnateur de l'étude et coordonnateur chez Élyme Conseils

Une collecte des pellicules d'enrobage agricole est en place dans toutes les autres Municipalité régionale de comté, sauf celle de Témiscouata, via la collecte du recyclage régulier.

Le consortium indique que le nombre de tonnes de plastique utilisées est appelé à augmenter dans les prochaines années, tant au plan agricole qu'acéricole.

Un tuyau en plastique bleu est tendu entre deux arbres.

Environ la moitié des tubulures est récupérée au Bas-Saint-Laurent. (Archives)

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

En conférence de presse mercredi, le coordonnateur de l'étude, Évariste Feurtey, a également mentionné que les programmes de récupération qui semblent le mieux fonctionner et susciter le plus d'adhésion sont ceux qui sont simples pour les producteurs.

Les prochaines étapes du mandat coordonné par Élyme Conseils consistent en l'étude comparative de diverses méthodes qui s'offrent aux agriculteurs pour l'entreposage des fourrages.

Le consortium doit aussi travailler à développer différents outils de sensibilisation destinés aux élus et aux producteurs agricoles et acéricoles.

Les producteurs prêts à s'impliquer

Dans leurs réponses au sondage, plus de la moitié des producteurs agricoles et acéricoles participants ont affirmé être prêts à mettre les plastiques agricoles en vrac dans un conteneur, pour faciliter leur récupération.

Près de la moitié d'entre eux indiquent qu'ils sont disposés à stocker les plastiques à la ferme pour quelques mois.

Des balles de foin enveloppées de plastique, dans un champ enneigé.

Selon le sondage réalisé par le consortium, 40% des producteurs sont prêts à secouer les plastiques pour en retirer la neige et la glace afin qu'ils puissent être récupérés.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Cette étude est financée par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) dans le cadre du programme Prime-Vert.

Le 14 octobre dernier, le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) indiquait que Québec a l'intention de mettre en place dans les prochains mois des mesures plus musclées pour recycler adéquatement plusieurs produits, dont les plastiques agricoles, en appliquant le principe de la responsabilité élargie des producteurs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !