•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Université Saint-Francis-Xavier fait volte-face après une éclosion de COVID-19

Face à des professeurs et des étudiants préoccupés, la direction n’insiste plus pour que les examens de fin de session se déroulent en personne.

Affiche devant l'Université Saint-Francis-Xavier en septembre 2018.

L'Université Saint-Francis-Xavier, à Antigonish, en Nouvelle-Écosse.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Radio-Canada

Au moins 21 personnes ont contracté la COVID-19 à l’Université Saint-Francis-Xavier, située à Antigonish en Nouvelle-Écosse, et on s’attend à ce que des cas supplémentaires soient dépistés dans les prochains jours, indique mercredi le ministère provincial de la Santé.

Mercredi soir, l’université est revenue sur sa décision de ne donner qu’en personne les examens de fin de session qui débutent jeudi.

Volte-face de l’université sur les examens

Le président de Saint-Francis-Xavier, Andy Hakin, avait d’abord déclaré que ces examens pendant une éclosion présentaient peu de risques, puisque les étudiants sont assis loin les uns des autres, n’interagissent pas, et portent des masques.

Cependant, en fin de journée, le vice-président académique de l’institution, Tim Hynes, a confirmé que les professeurs avaient le feu vert pour faire passer l’examen en ligne uniquement.

Si un examen ne se déroule qu’en personne dans les prochains jours parce que l’enseignant ne veut pas qu'il se déroule virtuellement, les étudiants qui n'estiment pas raisonnable d'y être en personne pourront alors choisir de repousser leur examen au mois de janvier.

Étudiants et professeurs préoccupés

Tim Hynes affirme que la santé publique a dit à l’université que les examens en personne pouvaient se dérouler de façon sécuritaire.

Cependant, il écrit mercredi soir que certains membres des facultés et certains étudiants sont très mal à l’aise de participer à ces examens en personne, bien que la santé publique assure que c’est sécuritaire .

Plus tôt mercredi, l’association des professeurs de Saint-Francis-Xavier s’était dit profondément préoccupée par la manière dont l’université gérait cette éclosion, et estimait que ses membres avaient pu être exposés au virus lundi et mardi.

Le syndicat encourage d'ailleurs les professeurs à faire passer leurs examens en ligne, dans les circonstances.

L’éclosion de COVID-19 serait principalement liée à une cérémonie de remises des bagues aux diplômés, vendredi passé, a indiqué le Dr Robert Strang, médecin hygiéniste en chef de la Nouvelle-Écosse. 

Selon le Dr Strang, les événements officiels sur le campus se sont déroulés dans le respect des directives de santé publique. On demandait notamment une preuve de vaccination.

Mardi, il avait ajouté que les autorités de santé publique enquêtaient sur des activités hors campus où les organisateurs n’auraient peut-être pas été aussi diligents.

34 nouveaux cas signalés mercredi

Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse signale mercredi la découverte de 34 nouveaux cas de COVID-19.

En tenant compte des gens déclarés négatifs après avoir récemment contracté la maladie, le nombre de cas actifs de COVID-19 connus des autorités provinciales a augmenté, passant de 147 la veille à 162, mercredi.

Ce nombre ne reflète pas parfaitement la situation actuelle. Le bilan de 34 cas communiqué mercredi inclut les 12 dépistés mardi à l’Université Saint-Francis-Xavier, mais 9 autres cas liés à cet établissement ont été confirmés après l’heure de tombée pour les statistiques provinciales. Ils seront donc ajoutés au bilan de jeudi.

Le nombre d’hospitalisations liées à la COVID-19 demeure inchangé en Nouvelle-Écosse.

Il y avait toujours mercredi 11 personnes atteintes de la maladie dans les hôpitaux de la province, dont 4 aux soins intensifs.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.