•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux fermes jeannoises dans un projet contre la lutte aux changements climatiques

troupeau de vaches dans un pâturage

En agriculture régénératrice, les animaux sont des alliés pour l’environnement.

Photo : Radio-Canada

Deux fermes du Lac-Saint-Jean feront leur part dans la lutte aux changements climatiques. La Ferme Maltais d’Hébertville-Station et Les bleuetières 2000 de Saint-Bruno font partie du nouveau réseau de 37 fermes pilotes engagées dans cette mission.

Le projet Agriclimat, des fermes adaptées pour le futur jettera les bases d'une nouvelle démarche qui déterminera les actions les plus appropriées pour chacune des entreprises de ce secteur d'activité. Il s’agit d’une initiative portée par le Conseil pour le développement de l'agriculture du Québec (CDAQ) en collaboration avec plusieurs partenaires.

Les fermes participantes se pencheront sur l'adaptation de l'entreprise au climat futur, la diminution des émissions de gaz à effet de serre (GES) et l'augmentation de la séquestration du carbone .

On va évoluer tout le monde ensemble en apprenant et en expérimentant. Vous savez, un producteur qui fait une expérience sur une nouvelle culture, si le résultat est mauvais, il paye pour. Un projet du genre est soutenu par des programmes. Ainsi, le producteur ne prend pas tous les risques seul, fait valoir le président de la Fédération de l'Union des producteurs agricoles (UPA) du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Mario Théberge.

À travers ce projet, les fermes pilotes prendront connaissance des changements climatiques propres à leur secteur et des risques qui y sont associés. Elles en apprendront davantage sur leur bilan d'émissions de gaz à effet de serre (GES) et comment l’améliorer. Ils constateront la dynamique du carbone dans leurs sols et arbres, et seront en mesure de déterminer des pratiques qui permettraient d'optimiser ce levier de lutte dans leur entreprise , lit-on dans une communication écrite transmise par l’Union des producteurs agricoles Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Le reste des producteurs et des conseillers agricoles du Québec pourront profiter des retombées du projet qui s’étale sur une période de trois ans. M. Théberge est d'avis que les producteurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean bénéficieront de l'initiative.

C’est important d’avancer dans le bon sens comme on dit. C’est porteur d’avenir. Il faut être innovant. Je pense que tout le monde est gagnant à ce niveau, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !