•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Policier mort après avoir été traîné sur plus de 400 mètres; l’accusé plaide coupable

Andrew Harnett en uniforme.

Le sergent Andrew Harnett, 37 ans, a rejoint le service de police de Calgary il y a 12 ans, après avoir été dans la police militaire.

Photo : Twitter / Service de police de Calgary

Radio-Canada

L'un des deux hommes accusés du meurtre d'un policier de Calgary la veille du jour de l'An, en 2020, a plaidé coupable à des accusations d’homicide involontaire mercredi matin.

Ce jour-là, le sergent Andrew Harnett a été traîné pendant plus de 400 mètres alors qu'il était accroché à un VUS qui prenait la fuite et qu'il criait au conducteur de s'arrêter. Le policier a cependant manqué de force et a lâché prise avant d'être happé par une voiture roulant en sens inverse, selon ce qui a été dit devant un juge de la Cour du Banc de la Reine à Calgary.

Initialement accusé de meurtre au premier degré, Amir Abdulrahman, qui était assis du côté passager, a plaidé coupable à une accusation d'homicide involontaire. Il a admis que, après que le conducteur eut démarré en vitesse, il a saisi le volant à trois reprises dans le but de faire tomber Andrew Harnett et d’échapper à la police.

Une photo d'Amir Abdulrahman.

Amir Abdulrahman a plaidé coupable d'homicide involontaire.

Photo : Radio-Canada / La Ville de Calgary

Le second accusé, qui conduisait le véhicule et avait moins de 18 ans au moment des faits, doit être jugé le 31 janvier.

Un deuil écrasant

Dans une déclaration d’impact, la veuve d’Andrew Harnett, Chelsea Goedhart, a déclaré vivre un deuil écrasant et qu’elle devait maintenant voir grandir son fils seule.

La joie de ma grossesse a été volée, a déclaré Chelsea Goedhart.

« La solitude de voir grandir mon enfant sans Andrew est presque paralysante »

— Une citation de  Chelsea Goedhart, veuve d'Andrew Harnett

Elle a aussi parlé de la réalité que son enfant ne connaîtrait jamais son père. L'innocence de mon fils a été prise avant sa naissance, a dit Chelsea Goedhart.

Le procureur Mike Ewenson a demandé au juge de la Cour du Banc de la Reine, Robert Hall, d'imposer une peine de huit à neuf ans, notant qu'Amir Abdulrahman n'avait rien fait pour arrêter ce qui se passait ou aider le policier.

Amir Abdulrahman a laissé le sergent Harnett mourir sur la chaussée dure et froide de Falconridge Drive, a déclaré le procureur lors de ses plaidoiries sur la peine.

Il a agi dans un froid intérêt personnel, sans une once de compassion quand cela comptait vraiment.

L'avocat de la défense, Balfour Der, a demandé au juge d'imposer une peine de deux ans plus deux ans de probation.

Balfour Der a fait valoir que son client, qui avait 19 ans lorsqu'il a été arrêté, avait oublié qui il était et d'où il venait.

Il est plein de remords, comme l’a démontré le fait qu’il plaide coupable alors qu’il aurait pu présenter une défense solide dans un procès pour meurtre, a expliqué son avocat.

Il était seulement passager, il ne conduisait pas. Il n’a pris le volant que six secondes en tout, trois fois pendant deux secondes. L’ensemble de l’incident n’a duré que 38 secondes. Son niveau d’implication était bas et deux ans seraient une peine raisonnable.

Amir Abdulrahman a pris la parole en Cour pour s’excuser et a dit que s’il pouvait revenir en arrière, il le ferait.

Le frère aîné d’Andrew Harnett, Josh Harnett dit être reconnaissant qu’Amir Abdulrahman ait présenté ses excuses.

Je crois que c’était un geste noble de sa part de se lever et de s’excuser. Ma mère pense la même chose. Est-ce que ça veut dire que nous sommes prêts à pardonner? Non. Est-ce que ça devrait réduire sa peine? Absolument pas, a dit Josh Harnett en s’adressant aux reporters après l’audience.

Il n’y a aucun doute qu’il aurait pu demander à l’autre de s’arrêter, que la pédale d’accélérateur aurait pu être lâchée et que tout cela aurait pu se terminer très différemment, a dit Josh Harnett.

Rappel des événements

Vers 23 h, le 31 décembre 2020, le sergent Andrew Harnett a arrêté le véhicule utilitaire sport (VUS) parce que ses phares n'étaient pas allumés. Comme le conducteur n’avait qu’un permis temporaire, Andrew Harnett a demandé le permis de son passager, Amir Abdulrahman. En faisant des vérifications, le policier s’est rendu compte qu’Amir Abdulrahman était recherché pour quatre mandats d’arrestation, dont un pour voies de fait.

Il a appelé des renforts et ensemble, les policiers ont décidé qu’Andrew Harnett allait remettre une contravention au conducteur, pendant qu’un autre agent allait arrêter Amir Abdulrahman.

Le conducteur a pris la fuite quand le deuxième agent s’est approché pour arrêter Amir Abdulrahman.

Andrew Harnett s’est agrippé au véhicule, mais a fini par lâcher prise avant d’être tué.

Les agents qui avaient été appelés en renfort ont tenté de sauver la vie d'Andrew Harnett, mais ses blessures étaient trop importantes.

Il est mort à l'hôpital.

Les deux hommes accusés de la mort d'Andrew Harnett se sont vu refuser la libération sous caution en attendant leur procès et sont en détention.

Andrew Harnett était un agent décoré pour avoir sauvé des vies au cours de sa carrière de 12 ans au service de police de Calgary.

Le juge de la Cour du Banc de la Reine, Robert Hall, doit rendre la peine d’Amir Abdulrahman le 28 janvier, quelques jours à peine avant le procès du deuxième accusé qui commencera le 31 janvier. Un interdit de publication empêche la publication du nom du deuxième accusé, parce qu’il avait 17 ans au moment des faits.

La Couronne devrait demander une peine pour adultes pour cet autre accusé, ce qui signifierait la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 10 ans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !