•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Omicron semble avoir un taux accru de réinfection

Tedros Adhanom Ghebreyesus a l'air pensif.

Tedros Adhanom Ghebreyesus dirige l'Organisation mondiale de la santé.

Photo : Reuters

Agence France-Presse

Le patron de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a souligné mercredi que le variant Omicron du coronavirus responsable de la COVID-19 semble avoir un taux de réinfection plus élevé, mais provoquer des symptômes moins graves que le variant Delta.

Des données préliminaires venant d'Afrique du Sud suggèrent un risque de réinfection plus élevé avec Omicron, mais plus de données sont nécessaires pour tirer des conclusions plus fermes. Il y a aussi des éléments qui laissent à penser qu'Omicron provoque des symptômes moins graves que Delta, mais là aussi il est trop tôt pour être certain, a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus lors d'un point de presse de l'OMS à Genève.

Pour se faire plus rapidement une image plus précise des caractéristiques du variant, il a demandé à tous les pays de contribuer à son évaluation en soumettant leurs données à l'organisation. Pour mieux le combattre, il a aussi appelé tous les pays à poursuivre leurs efforts en termes de vaccination et de gestes barrières.

La cheffe scientifique de l'OMS, la Dre Soumya Swaminathan, est également revenue sur des études préliminaires parues ces derniers jours qui semblent montrer que le variant rend le vaccin de Pfizer et BioNTech moins efficace et elle a appelé à la plus grande prudence pour les interpréter.

Il y a une vaste variation de la réduction de l'efficacité des anticorps qui va de 4 à 5 fois moins à 40 fois moins dans ces différentes études, qui se limitent à étudier l'effet sur les seuls anticorps quand on sait que le système immunitaire est bien plus complexe, a-t-elle déclaré.

Il est prématuré de conclure que la réduction de l'activité de neutralisation des anticorps doit résulter dans une baisse significative de l'efficacité des vaccins, a-t-elle ajouté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !