•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : un compte Twitter pour vous aider à trouver des tests rapides

La Dre Dalia Hasan prend la pose avec une trousse de dépistage rapide de la COVID-19.

La Dre Dalia Hasan est à l'origine du projet.

Photo : offerte par la Dre Dalia Hasan

Radio-Canada

Une médecin de Kitchener, en Ontario, est à l'origine d'un nouveau compte Twitter qui vise à aider les Ontariens à trouver des tests rapides de dépistage de la COVID-19.

La Dre Dalia Hasan a lancé le compte COVID Test Finders (@c19testfinders) il y a trois mois. Depuis, elle a recruté environ 25 volontaires pour diffuser sur Twitter de l'information sur les tests de dépistage rapides et les endroits où les trouver.

Comme ces tests sont encore difficiles à dénicher en Ontario et dans d'autres régions du Canada, la Dre Hasan explique que le compte est devenu un endroit où de plus en plus d’Ontariens se rendent pour demander aux responsables de la santé de rendre les tests rapides plus largement accessibles.

L'objectif ultime pour nous [...] est de devenir obsolètes, a déclaré la Dre Hasan. Nous voulons que le gouvernement provincial prenne les devants et fournisse des tests rapides à notre communauté afin qu'elle puisse protéger le grand public.

Les tests rapides ne représentent pas une solution à tous les problèmes, selon la médecin, mais ils pourraient contribuer à mettre fin à la pandémie de COVID-19 plus rapidement s'ils sont utilisés parallèlement à d'autres mesures, comme la vaccination et le port du masque.

Le Dr Amit Arya, professeur adjoint de clinique à l'Université McMaster, souhaite également que l'Ontario rende les tests rapides accessibles au public.

Selon lui, à l'heure actuelle, les entreprises peuvent obtenir ces tests facilement, alors que les écoles ont un accès très limité. La province a par ailleurs annoncé que les élèves auront accès à des tests rapides durant le temps des Fêtes afin d'être testés avant de retourner à l'école.

Le Dr Arya fait remarquer qu’en Allemagne, on peut acheter des tests rapides pour environ un euro chacun dans les épiceries. À Singapour, ils sont offerts dans des distributeurs automatiques.

C'est certainement quelque chose dont nous avons besoin en Ontario, a déclaré le Dr Arya à CBC News.

L’équipe à l'origine du compte Twitter COVID Test Finders affirme avoir obtenu suffisamment de tests et de dons pour organiser son premier événement en personne, au cours duquel elle prévoit distribuer une centaine de trousses de tests rapides aux familles.

L'événement est prévu pour le week-end du 18 décembre, mais la Dre Hasan a indiqué que le groupe est toujours à la recherche d'un site pour le tenir.

Si la demande dépasse l'offre, les bénévoles feront appel à un système de loterie.

Janice Jim, administratrice du groupe Facebook Caremongering KW, participe à l’organisation de cet événement. Selon elle, les tests de dépistage en pharmacie, qui coûtent environ 40 dollars, sont hors de portée pour de nombreux membres de la communauté.

La situation est à son avis imputable au gouvernement provincial. Avec le nouveau variant [Omicron], plus nous avons de défenses, mieux c'est, a déclaré Mme Jim, qui est également directrice des finances du Nouveau Parti démocratique fédéral de Waterloo.

La Dre Hasan, qui n'est affiliée à aucun parti politique, ajoute que la province devrait en faire davantage pour donner la priorité au dépistage rapide en tant que mesure de santé publique.

Quel que soit le parti politique au pouvoir, il est important qu'il soit tenu responsable de la distribution d'outils de santé publique essentiels, a-t-elle déclaré.

Un porte-parole du ministère de la Santé a déclaré que la province avait déjà distribué plus de 33 millions de tests rapides. Il n'a pas mentionné d'initiatives au-delà de ce qui a déjà été annoncé.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !