•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les travaux à la plage de Pointe-aux-Outardes sont terminés

Une pelle mécanique qui travaille sur une plage.

Les citoyens attendaient ces travaux depuis au moins 10 ans (archives).

Photo : Radio-Canada

La recharge de sable est terminée à Pointe-aux-Outardes, après environ sept mois de travaux.

Un peu plus de 300 000 tonnes de matériel de recharge ont été versées sur la plage. Ce mélange de sable et de pierres rondes vise à protéger une portion de 1,5 kilomètre de plage sur la rue Labrie, où 76 propriétés sont menacées par l'érosion, qui gruge en moyenne de 0,8 mètre de terrain par année.

Le maire de la municipalité, Julien Normand, indique que tout s'est déroulé comme prévu et que les délais ont été respectés. Il ne reste que la pose gazon qui a été repoussée au printemps prochain en raison de la neige. Mais le site en tant que tel est réhabilité, comme il l'était [...] à son état d'origine, précise-t-il.

Julien Normand debout sur la plage devant des micros en conférence de presse.

Le maire Julien Normand lors du début des travaux en juin (archives).

Photo : Radio-Canada

Les citoyens peuvent circuler sur la plage en toute sécurité, mais Julien Normand explique qu'il faudra attendre quelques années avant que la plage retrouve une apparence qui ressemble à celle d’autrefois.

« C'est encore comme un gros bloc de sable. Il y a quand même eu de grosses marées, mais on s'entend que ça va prendre comme 2-3 ans avant qu'une belle pente égale se forme, où la vague va venir mourir sur la berge et non dans le pied du talus. »

— Une citation de  Julien Normand, maire Pointe-aux-Outardes

Le maire ajoute qu'au départ, 22 000 voyages de camion étaient prévus pour recharger la plage, mais qu'avec l'utilisation de grandes semi-remorques, ce nombre a pu être diminué à 15 000 voyages.

À l'étude pour les prochaines années

Le coût final des travaux s'élève à 10,3 millions $.

Pendant cinq ans, l'Université du Québec à Rimouski (Université du Québec à Rimouski) va se pencher sur la forme et le relief de la plage. Ça va donner des rapports qui vont permettre de pouvoir savoir si la solution [recharge de plage] c'est l'idéal, si ça doit être amélioré ou pas, ou s'ils peuvent le transmettre dans d'autres municipalités ou pas, précise le maire.

L'Université Laval va de son côté étudier les impacts que la recharge de plage pourrait avoir sur la vie des fonds marins dans le fleuve Saint-Laurent.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !