•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manque de personnel pour la vaccination et le dépistage en Mauricie et Centre-du-Québec

Une affiche indiquant la direction de la clinique de dépistage.

La clinique de dépistage de la COVID-19 à Trois-Rivières est située sur le boulevard Gene-H.-Kruger.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Radio-Canada

Les autorités régionales de la santé invitent les citoyens qui le peuvent à s’inscrire au site  « Je contribue » afin d’aider aux efforts de vaccination et de dépistage de la COVID-19 en Mauricie et au Centre-du-Québec. La demande pour le dépistage est très élevée et de nouveaux sites de vaccination seront ouverts prochainement, ce qui explique les besoins en main-d’oeuvre.

Le nombre de tests de dépistage réalisés en une journée a doublé en seulement quelques jours dans la région. La semaine dernière, environ 1000 tests étaient faits par jour, alors que la cadence a monté à 2000 tests par jour cette semaine, selon le président-directeur général adjoint au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ), Gilles Hudon.

L’augmentation du nombre de cas de COVID-19 sur le territoire explique la forte demande pour des tests, a déclaré Gilles Hudon en entrevue à l’émission En direct.

« Les besoins en personnel sont très importants. »

— Une citation de  Gilles Hudon, PDG adjoint au CIUSSS MCQ

Évidemment, on tente d’ajouter des plages horaires [pour le dépistage], mais on est toujours confrontés au manque de main-d’œuvre. On en a besoin pour le dépistage, mais aussi pour la vaccination, a-t-il expliqué mardi.

De nouveaux sites de vaccination à venir

La santé publique régionale envisage d’annoncer l’ouverture de nouvelles cliniques de vaccination en Mauricie et au Centre-du-Québec d’ici janvier, selon la Dre Marie-Josée Godi. 

Nous sommes en démarche pour déployer de nouvelles cliniques de vaccination dans les prochaines semaines, a déclaré la directrice régionale de la santé publique en entrevue à l’émission Toujours le matin.

Les autorités doivent à la fois s’assurer de trouver les sites et du personnel pour y travailler avant d’annoncer les nouveaux emplacements.

Pour l’instant, nous priorisons la vaccination dans les RPA, CHSLD et également dans les milieux scolaires, pour les 5 à 11 ans, affirme la Dre Godi.

Elle assure que des efforts seront faits pour vacciner tous les citoyens qui le souhaitent. On va s’adapter pour pouvoir rejoindre les personnes qui se trouvent dans les régions éloignées et qui ont peu [de possibilité] de déplacement pour se rendre à une clinique de vaccination, affirme la directrice régionale de la santé publique. 

Par ailleurs, le président-directeur adjoint au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec, Gilles Hudon, invite les parents à prendre rendez-vous dès maintenant pour leur enfant dans un site de vaccination au lieu d’attendre que les brigades de vaccination se déplacent dans les 208 écoles du territoire. Il affirme qu’il est plus efficace pour le personnel de la santé de procéder à la vaccination dans les sites déjà établis que dans les écoles, un déploiement qui demande plus de logistique.

Gilles Hudon croit que l’objectif de vacciner 75 % des 40 000 jeunes âgées de 5 à 11 ans en Mauricie et au Centre-du-Québec d’ici Noël est toujours réaliste.

Près de 600 cas actifs et 9 hospitalisations

Les autorités régionales de la santé ont rapporté mardi 588 cas actifs dont un peu plus de la moitié se trouvent au Centre-du-Québec (315) et 273 en Mauricie.

Neuf personnes se trouvent à l’hôpital en raison de ce virus, dont deux aux soins intensifs.

Les principaux milieux des éclosions, c’est dans les écoles primaires et dans les milieux de garde, donc ce sont principalement des jeunes, affirme le président-directeur général adjoint du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec, Gilles Hudon.

Des employés du CIUSSS MCQ mécontents

Des gens avec des pancartes et des drapeaux devant des bureaux de l'organisation.

Des membres du Syndicat du personnel paratechnique, des services auxiliaires et de métiers du CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec ont manifesté mercredi pour demander à l'employeur de respecter certaines clauses de la nouvelle convention collective.

Photo : Radio-Canada

Une trentaine de salariés de différents corps d'emplois au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec ont manifesté mercredi matin pour demander à l'employeur d'être payés selon ce qui a été entendu dans leur nouvelle convention collective. 

Effective depuis le 7 novembre dernier, la convention collective prévoit que l'employeur devait  donner un montant de rétroactivité pour les années 2019 et 2020 avant le 7 décembre, ce qui n'a pas été fait, selon le syndicat. 

Même chose du côté des plaintes d'équité salariale. Le syndicat affirme que plusieurs salariés, dont les assistantes techniques en pharmacie, les préposées en ergothérapie et en physiothérapie et les auxiliaires aux services de santé et sociaux notamment, attendent toujours leur argent qui devait être versé avant le 1er décembre. 

Cette situation ne serait pas unique au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec et toucherait les autres employés de la province, selon la présidente du Syndicat du personnel paratechnique, des services auxiliaires et de métiers du CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec, Marie-Josée Hamelin. 

« On est des travailleurs du réseau de la santé. Tout ce qu'on veut, c’est avoir ce qui nous est dû. Notre convention collective, notre équité salariale. »

— Une citation de  Marie-Josée Hamelin, présidente du Syndicat du personnel paratechnique, des services auxiliaires et de métiers du CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec
Une dame qui tient une pancarte sur laquelle on peut lire : CIUSSS MCQ lent pour nous payer vite pour récupérer.

La manifestation a eu mercredi lieu devant le siège sociale du CIUSSS MCQ, à Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada

Marie-Josée Hamelin déplore aussi le fait que la direction du CIUSSS MCQ ait donné peu d'informations aux employés au cours des dernières semaines concernant le retard des paiements. Des difficultés avec le logiciel traitant les paies des employés seraient en cause. 

La présidente du syndicat soutient que les salariés n'entreprendront pas de grève. Pour l'instant, aucune autre date de manifestation n'est prévue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !