•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Terrains par tirage au sort au Témiscamingue : un attrait pour les gens de l’extérieur

Un terrain au bord du lac Témiscamingue.

Un des terrains de villégiature au bord du lac Témiscamingue.

Photo : MRC de Témiscamingue

Au cours des dernières années, 63 % des terrains de villégiatures attribués par tirage au sort au Témiscamingue ont été acquis par des gens de l’extérieur de la région.

La MRC de Témiscamingue offre la possibilité d’obtenir, en location, un terrain en bordure de l’eau pour un prix annuel variant entre 600 et 1500 $.

Trois concours ont eu lieu depuis 2019 pour un total de 39 terrains de villégiatures situés à Belleterre, Laverlochère-Angliers, Béarn et Témiscaming.

Le dernier concours a toutefois attiré davantage de gens en provenance de l’Abitibi-Témiscamingue.

Les nouveaux propriétaires de 15 baux de villégiature situés à Béarn et Témiscaming viennent tout juste d’être contactés par la MRC. Ils ont été sélectionnés, par tirage au sort, pour devenir locataires des terrains situés aux abords des lacs Moran et Témiscamingue.

Ces terrains ont une valeur marchande qui oscille entre 25 000 et 50 000 $.

529 personnes se sont inscrites au dernier concours organisé par la MRC de Témiscamingue pour lequel la Société des établissements de plein air du Québec (SEPAQ) est gestionnaire du tirage. Sur 15 terrains, 10 se trouvent maintenant entre les mains de citoyens de l’Abitibi-Témiscamingue.

On voit que les gens ont envie d’espaces et que l’espace qu’on propose correspond aux besoins et aux aspirations des personnes. Mais surtout, l’intérêt que la population locale et régionale a pour ces terrains-là, c’est un atout pour nous, se réjouit la préfète du Témiscamingue, Claire Bolduc.

Attribution des terrains de villégiature

Attribution des terrains de villégiature

Lac Robinson à Laverlochère-Angliers

2 Ontario

5 Abitibi-Témiscamingue

7 ailleurs au Québec

Lac Gauvin à Belleterre

1 Ontario

3 Abitibi-Témiscamingue

9 ailleurs au Québec

Lac Moran à Béarn et lac Témiscamingue à Témiscaming

1 Ontario

10 Abitibi-Témiscamingue

4 ailleurs au Québec

Occupation du territoire

À Laverlochère-Angliers, 14 terrains ont trouvé preneur en 2019 et 2020, majoritairement par des gens de l’extérieur de la région.

Le maire de la municipalité, Daniel Barrette, a bon espoir que 50 % des locataires vont s’établir sur son territoire de façon permanente, à moyen terme.

La municipalité a maintenant fait construire un chemin pour faciliter l’accès à ses nouveaux résidents.

Les gens sont venus cet été, ils ont commencé à défricher leur terrain. Ils ont commencé à se faire des plans. Ça va être dans 4-5 ans qu’on va voir plus de retombées pour la municipalité. C’est des gens qui veulent s’en venir à l’extérieur de la ville, donc le Témiscamingue, c’est bien. On va attirer de nouveaux arrivants avec ça. Les gens vont venir s’établir, peut-être qu’ils vont être à leur retraite, mais ces gens-là ont aussi des familles. Pour moi, à Laverlochère-Angliers, je trouve ça très bien, affirme Daniel Barrette.

Les détenteurs de baux de villégiature n’ont aucune obligation de construction. Les municipalités peuvent toutefois imposer certains règlements pour encourager les propriétaires à s’établir.

La municipalité a toujours l’option de leur imposer une taxe spéciale si le terrain est toujours vacant, explique le coordonnateur du service de l’aménagement et du développement régional à la MRC de Témiscamingue, Daniel Dufault.

La MRC assure que d’autres terrains seront offerts à la population en 2022 et qu’une promotion ciblée sera déployée auprès des gens de la région.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !