•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’usine du lac à la Pêche n’est pas fonctionnelle, selon un rapport de Polytechnique

La bâtisse, de l'extérieur, de l'usine de traitement de l'eau, avec l'affiche qui indique son nom.

La station de traitement de l'eau du Lac-à-la-Pêche est située dans le secteur Saint-Gérard-des-Laurentides à Shawinigan.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’usine de traitement de l'eau potable installée aux abords du lac à la Pêche, à Shawinigan, devra subir des modifications si la Ville veut recommencer à l’utiliser, selon le maire Michel Angers. Il affirme que c’est la conclusion à laquelle parviennent des experts de Polytechnique Montréal.

L’équipe de Polytechnique a récemment remis un rapport préliminaire à la Ville. Michel Angers a déclaré en avoir lu seulement la conclusion, lors d’une entrevue à l’émission Toujours le matin mercredi.

« La conclusion nous dit que dans l’état actuel des choses cette usine-là ne peut pas fonctionner. On devra trouver des mesures d’atténuation pour permettre qu’elle fonctionne. »

— Une citation de  Michel Angers, maire de Shawinigan

Le maire ne sait pas encore de quelle façon l’usine pourrait être améliorée. Il soutient que des gens de Polytechnique travaillent avec la Ville depuis de nombreuses semaines, sinon de mois, selon Michel Angers.

Le ministère de l’Environnement mène une enquête

André Berthiaume, le citoyen qui a sonné l'alarme dans le dossier de l'usine de traitement d'eau potable du lac à la Pêche, a pu rencontrer des représentants du ministère de l'Environnement mardi.

Il affirme que Québec a accepté de lui parler après avoir écouté l'entrevue accordée par le ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette, à l'émission Toujours le matin le mois dernier.

M. Berthiaume dit être sorti de cette rencontre perplexe, mais il confirme qu'une enquête du ministère est en cours.

« Il y a un enquêteur au dossier, c’est sérieux. Par contre, ça risque d’être long. »

— Une citation de  André Berthiaume, voisin de l’usine de Lac-à-la-Pêche

En entrevue à l’émission Toujours le matin, il a déclaré que si l’enquêteur veut savoir tous les tenants et aboutissants, qu’il va aller voir la Ville, c’est sûr, mais il va falloir qu’ils viennent aussi voir les propriétaires, il va falloir qu’il vienne me voir .

Avis de faire bouillir l’eau pour au moins 14 jours

L’usine construite au coût de 64 millions de dollars a démarré ses opérations en janvier 2020. Moins d’un an plus tard, elle a dû être mise à l’arrêt complet, parce que ses déversements polluaient les environs. Une alternative a été mise en place.

En raison de cet arrêt, depuis le 2 décembre, environ 30 000 résidents doivent faire bouillir l’eau avant de la consommer. L’avis touche les résidents des secteurs Saint-Gérard-des-Laurentides, Shawinigan, Shawinigan-Sud ainsi que Lac-à-la-Tortue.

Cet avis de faire bouillir l’eau durera au moins 14 jours, le temps de s’assurer que l’eau est propre à la consommation.

Michel Angers affirme qu’il n’a pas participé aux décisions concernant l’usine durant la campagne électorale. Quand ils ont pris la décision de faire la demande auprès du ministère de l‘Environnement pour voir si le contournement de l'usine était possible, je n’étais pas à l’hôtel de ville, a-t-il précisé.

Des citoyens ont déploré le fait d’avoir été avertis seulement la veille du début de l’avis de faire bouillir l’eau. Le maire avait alors déclaré qu’il espérait donner au moins une semaine aux citoyens pour s’organiser, mais que l’arrêt de l’usine a dû être précipité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !