•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : à quand les autotests au Québec et en Ontario?

Une femme empile des boîtes de tests sur une étagère.

Il est possible dans plusieurs pays d'acheter dans une pharmacie ou même une épicerie un autotest rapide pour détecter la COVID-19.

Photo : Reuters / EDGAR SU

Radio-Canada

La scientifique en chef du Canada, Mona Nemer, estime que le gouvernement fédéral infantilise la population en refusant de rendre disponibles les autotests à travers le pays. Les Canadiens devraient avoir accès à ces tests afin d’éviter la transmission de la COVID-19, dit-elle, notamment en vue de la période des Fêtes. Mais qu'en est-il du côté du Québec et de l'Ontario?

Mona Nemer déplore que la disponibilité et l’accessibilité des autotests soient inégales selon les provinces et les groupes d’âge : Santé Canada a donné l’approbation à plusieurs tests rapides déjà et autotests. Dans certaines provinces, ils sont disponibles pour que les gens les achètent, mais pas dans d’autres.

Plus encore, le Canada est l'un des seuls pays du G7 à ne pas avoir rendu accessibles ces tests à la population, dit-elle.

Mona Nemer, la conseillère scientifique en chef du Canada.

Mona Nemer, la conseillère scientifique en chef du Canada

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

« Le gouvernement fédéral s’en est procuré des millions et des millions. Il n’y a aucune raison [...] c’est un peu une espèce de mentalité infantilisante vis-à-vis de la population. »

— Une citation de  Mona Nemer, scientifique en chef du Canada

Selon Mme Nemer, on sous-estime la capacité de la population à se servir de ces tests et à en interpréter le résultat : Ça fait un an et demi qu’on éduque le public, les gens savent quoi faire là. Donnez-leur les outils.

La scientifique en chef assure que ces tests ont fait leurs preuves et qu’ils peuvent efficacement réduire la transmission de la COVID-19.

Le Québec est en attente des consignes du fédéral

Du côté du Québec, au ministère de la Santé et des Services sociaux, on indique que des tests rapides ont commencé à être distribués aux parents dans les services de garde pour tester les enfants d’un an et plus.

Ces tests sont destinés en priorité aux enfants, étant donné qu’ils ne sont pas vaccinés, explique le ministère.

Christian Dubé en point de presse.

Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Lorsqu'on lui demande quand les tests seront disponibles au reste de la population, le ministère répond que les analyses se poursuivent sur le sujet et qu’il est toujours en attente d’une demande d'autotests qu’il a faite au gouvernement fédéral.

Rappelons toutefois que des tests rapides sont disponibles dans les écoles depuis septembre au Québec, afin d’aider à la gestion des cas lors d'éclosions.

Dans quelques pharmacies, on offre déjà les tests test d'amplification en chaîne par polymérase, notamment pour les voyageurs.

De plus, des tests antigéniques avec un résultat en 30 minutes commenceront à être offerts sur place dans des pharmacies Jean Coutu et Brunet dès cette semaine, a indiqué Nathalie Plante, vice-présidente, pharmacie et soins de santé pour les enseignes Jean Coutu et Brunet.

La façade d'une pharmacie Jean Coutu.

Les pharmacies Jean Coutu et Brunet commenceront à offrir des tests antigéniques sur place en décembre.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

En ce qui a trait aux autotests, les pharmacies sont toujours en attente des directives gouvernementales afin de les rendre accessibles au public.

Des tests antigéniques pour le congé des Fêtes en Ontario

En Ontario, une trousse de dépistage antigénique rapide à utiliser à la maison sera distribuée aux élèves, qu’ils soient vaccinés ou non, dès le 13 décembre.

Marie-Josée Brosseau, surintendante de l'éducation et responsable du dossier santé au Conseil des écoles publiques de l'Est de l'Ontario (CEPEO), a mentionné à Radio-Canada que l'on a fait parvenir aux parents les instructions entourant ces tests. L’objectif est de diminuer la transmission de la COVID-19 après les Fêtes, au retour en classe.

Ainsi, on recommande aux parents d’utiliser la trousse tous les 3-4 jours durant le congé hivernal, par exemple tous les lundis et les jeudis, jusqu’à ce qu’il ne reste plus de tests dans la trousse.

Édifice du conseil scolaire et affiche devant l'entrée principale.

Le CEPEO va distribuer une trousse de dépistage antigénique à ses élèves dès le 13 décembre.

Photo : Radio-Canada / Simon Lasalle

Ces tests peuvent seulement être administrés si l’enfant n’a pas de symptômes. S’il en a, il doit alors passer un test test d'amplification en chaîne par polymérase et s’isoler en attente des résultats.

Les tests antigéniques distribués aux élèves se font au moyen du prélèvement d’un écouvillon nasal antérieur ou d’un écouvillon nasal profond, le premier étant moins précis que le deuxième.

Toutes les instructions relatives à l’administration de ces tests sont fournies dans la trousse remise aux parents et les résultats sont disponibles en 15 minutes.

Les élèves ne sont pas obligés de se soumettre à ces tests, mais il est recommandé de le faire, soutient le Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario, qui rappelle aussi que les mesures sanitaires doivent être maintenues malgré un résultat négatif à tout type de test.

L'Ontario a distribué plus de 33 millions de tests antigéniques rapides jusqu'à présent.

Avec les informations d'Ismaël Sy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !