•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Analyse

Le maire de Québec présente un budget dans la continuité et la collaboration

Le maire de Québec a présenté un budget sous le signe de la collaboration avec les partis d'opposition.

Le maire de Québec a présenté un budget sous le signe de la collaboration avec les partis d'opposition.

Photo : Radio-Canada

Bruno Marchand franchit une étape importante en ce début de mandat, mais le véritable exercice de collaboration viendra l'an prochain.

C'est toujours une course contre la montre pour une nouvelle administration, en année électorale, de présenter un budget avant la période des fêtes. Le maire Marchand y est arrivé. Il n'a pas manqué de souligner à gros traits l'importance d'avoir sollicité la collaboration des partis de l'opposition.

Dans les faits, il n'avait pas tellement le choix. Son administration est minoritaire. Son rôle est d'éviter de paralyser les affaires courantes de la Ville pour des considérations politiques.

Le maire aurait pu retarder l'adoption du budget jusqu'en janvier et prendre le temps de revoir de fond en comble la proposition largement préparée par l'administration précédente. Cependant, comme l'a souligné le directeur général de la Ville de Québec, Luc Monty, tout retard sur le calendrier habituel crée de l'incertitude dans l'administration de la Ville.

Temps nouveau

Le maire Marchand a chaussé de nouvelles chaussures mardi lors du dévoilement du budget pour lancer l'idée d'un nouveau départ, mais ce nouveau départ se fait selon les paramètres et les orientations de l'administration Labeaume.

Le budget de la Ville de Québec ainsi que les souliers de course du maire Marchand.

Le budget de la Ville de Québec ainsi que les souliers de course du maire Marchand.

Photo : Radio-Canada / Bruno Giguere

Seulement le tiers du budget a été modifié. L'équipe du maire Marchand conserve le cadre financier, la politique de gestion de la dette et la quasi-totalité des investissements prévus dans le plan quinquennal.

Le Service des finances de la Ville de Québec avait même pris soin de se garder une certaine marge de manoeuvre financière afin d'inclure de nouvelles demandes sans devoir en sacrifier d'autres.

Ce n'est pas dans la première année du mandat que le maire Marchand va marquer les esprits avec ses promesses électorales. Les améliorations au tramway ou la question de la redevance seront abordées après l'adoption du budget.

Taxes

La décision d'opter pour un crédit de taxes pour les commençants les plus durement touchés pendant la pandémie arrive à point.

Le maire Marchand vise toujours à réduire les taxes des commerçants dès 2023. Le crédit de taxes, suggéré par le directeur général de la Ville, lui permet d'agir dès l'an prochain.

En temps normal, les villes ne peuvent pas aider directement les propriétaires. Il s'agit d'une mesure exceptionnelle, adoptée par l'Assemblée nationale le printemps dernier.

Pour le reste, la hausse des impôts fonciers selon le même pourcentage que l'inflation faisait partie des propositions de tous les partis en campagne électorale, à l'exception de Québec 21.

Prochain exercice

Les oppositions continuent de jouer le jeu et refusent de dire dès maintenant si elles ont l'intention d'appuyer le budget.

L'unanimité n'est cependant pas garantie. La cheffe de Transition Québec est déçue. Elle aurait aimé une prise de position plus ferme pour la lutte contre les changements climatiques.

À l'inverse, l'appui de l'opposition officielle ne fait aucun doute. Le chef, Claude Villeneuve, laisse clairement entendre qu'il n'y a pas matière à voter contre la proposition budgétaire préparée en grande partie par l'administration Labeaume.

Il en sera autrement l'an prochain.

Un budget, c'est avant tout un geste politique. Québec forte et fière voudra sans doute imposer ses orientations pour la suite des choses.

Cette fois-ci, le maire Marchand a travaillé dans un contexte qui lui était favorable. L'an prochain, ce sera le vrai test de la collaboration.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !