•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les vols de catalyseurs se multiplient à Sherbrooke

Un catalyseur sous un véhicule.

Les voleurs recherchent les métaux rares qui se trouvent dans les convertisseurs catalytiques.

Photo : Radio-Canada / Steeven Tremblay

Radio-Canada

Le Service de police de Sherbrooke (SPS) rapporte une série de vols de catalyseurs d’automobiles sur le territoire.

Les policiers disent avoir reçu plusieurs dizaines de plaintes dans les dernières semaines, provenant surtout du secteur de Saint-Élie et Rock Forest. Des Sherbrookois qui sont rentrés en taxi après une soirée festive ont notamment rapporté avoir eu la mauvaise surprise de retrouver leur véhicule sans catalyseur le lendemain matin.

Cette pièce essentielle, qui coûte plus de 1000 $, fait partie de la ligne d’échappement d’un véhicule et permet de réduire la toxicité des substances évacuées. Elle contient des métaux précieux, comme du palladium, qui ont une forte valeur économique.

Le directeur du concessionnaire Occasion Beaucage Martin Proulx dit avoir été contraint d’ajouter d’importantes mesures de sécurité à son commerce après avoir été confronté à trois vols cette année. Un total de 30 catalyseurs auraient été dérobés.

Martin Proulx à côté d'une voiture à vendre.

Martin Proulx dit s'être fait voler 30 catalyseurs cette année.

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Je ne peux pas réclamer de facto aux assurances, car les franchises sont grosses pour ces situations-là. S’il avait fallu réclamer trois fois, imaginez ma prime l’année prochaine et l’année subséquente, déplore-t-il. 

« C’est vraiment un poids financier difficile, surtout avec les deux dernières années difficiles qu’on a eues, ce n’est pas agréable.  »

— Une citation de  Martin Proulx, directeur général d’Occasion Beaucage Sherbrooke

Un problème répandu dans la province

Ces vols ne touchent pas seulement l’Estrie. Le Bureau d’assurance du Canada a observé une forte hausse du nombre de vols de pièces d’automobiles au Québec dans les dernières années. Cette augmentation est notamment attribuable aux catalyseurs. 

Alors que 2380 vols de pièces avaient été rapportés en 2019, leur nombre s’est élevé à 4105 en 2020. Pendant les six premiers mois de 2021, 2830 vols de pièces ont été déclarés.

Reconnaître un vol de catalyseur

Les propriétaires de véhicules peuvent facilement déterminer s’ils ont été victimes d’un vol de catalyseur, indique CAA-Québec. 

Le convertisseur catalytique est tout de suite après le moteur. Il n’y a pas de silencieux avant lui habituellement. Si on coupe la ligne d’échappement à cet endroit-là, ça va causer tout un vacarme, donc on va le savoir instantanément en démarrant le moteur, surtout pour un véhicule très récent, explique Jesse Caron, expert automobile et coordonnateur des essais routiers pour CAA-Québec.

Selon CAA, les véhicules surélevés sont plus susceptibles d’attirer l’attention de voleurs, puisqu’ils offrent un accès facile au catalyseur.

Le burinage du catalyseur, soit l’ajout d’un code unique pour permettre d’identifier plus facilement la pièce si elle est volée, peut aussi décourager les voleurs.

Il y a eu des campagnes de sensibilisation auprès de la population pour soit mettre la voiture dans un garage quand on peut le faire, ou placer sa voiture la nuit dans un endroit éclairé ou passant où c’est un peu plus gênant de se glisser sous un véhicule pour voler un catalyseur, recommande Benoît Charrette, journaliste spécialisé sur les enjeux automobiles.

Avec les informations de Thomas Deshaies

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !