•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nation Siksika et sa nouvelle patinoire au coeur d’un projet de réconciliation

Une patinoire extérieure et un tipi.

Selon le chef Ouray Crowfoot, la patinoire extérieure de Siksika sera utilisée par au moins 4000 personnes.

Photo : Radio-Canada / Mike Symington

La nation Siksika a inauguré sa nouvelle patinoire extérieure au rythme des chants et des danses traditionnels, soulignant ainsi l’importance de cette structure pour les membres de cette communauté. Sa construction a été financée grâce à un partenariat avec la Fondation des Flames de Calgary dans le cadre d'un projet de réconciliation.

Un danseur autochtone.

Lors de l'inauguration, un artiste a exécuté la danse du tétras des Prairies, une danse traditionnelle exclusive à la nation Siksika.

Photo : Radio-Canada / Nassima Way

Une patinoire extérieure est plus qu’une patinoire extérieure [pratiquer un sport] façonne la personnalité, donne du leadership et des qualités qui instillent des valeurs dans chaque personne, dit le chef de la nation Siksika, Ouray Crowfoot.

La nation a déjà un aréna, mais il est très souvent utilisé pour les pratiques et les rencontres des six équipes de hockey, ce qui laisse peu de place aux autres sports.

Un aréna intérieur.

Le hockey est un des sports les plus pratiqués dans la nation Siksika.

Photo : Radio-Canada / Nassima Way

Chesney Goodeagle, qui fait du patinage artistique, a bien l'intention de profiter du nouvel aréna même s'il est à l'extérieur.

Si c'est une belle journée et que j'ai envie de patiner, je peux venir ici sans me soucier de l'horaire, dit-elle.

Des échanges qui mènent à une patinoire

Nous voulons être de bons amis et de bons partenaires, dit le président de président du conseil d’administration de la Fondation des Flames de Calgary, Jeff McCaig.

Ce premier partenariat avec une fondation de hockey de Calgary a commencé en août dernier quand la nation a signé un protocole d’entente avec la fondation des Hitmen.

Le président-directeur général de la nation, Tyler White, explique que tout a débuté par des discussions sur de possibles échanges.

Deux jeunes danseurs autochtones.

Les membres de la communauté sont très contents d'avoir une nouvelle patinoire. Certains estiment que ça permettra aux jeunes de s'occuper.

Photo : Radio-Canada / Nassima Way

C’était juste pour une pratique au début et un échange culturel. Les entraîneurs des Hitmen sont venus parler aux nôtres. Nos aînés ont aussi fait une cérémonie de purification et tous les joueurs de l’équipe y ont participé.

Depuis, l’équipe de la Ligue de hockey de l’Ouest a pratiqué et disputé des rencontres dans l’aréna du complexe sportif de la nation. Des membres de la nation, de leur côté, ont contribué à des événements de sensibilisation à la culture et à l'histoire des Autochtones organisée par l'équipe de hockey.

Ouray Crowfoot explique que ces partenariats vont dans le sens de la réconciliation

Je crois que les temps changent, il ne faut pas juste parler des mesures pour la réconciliation, il faut agir et les mettre en place , conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !