•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des résidents perplexes face à la réforme municipale dans la Péninsule acadienne

Une pancarte indiquant Notre-Dame-des-Érables

Notre-Dame-des-Érables sera jumelée à Miscou.

Photo : Radio-Canada / René Landry

Des résidents de districts de services locaux au Nouveau-Brunswick sont encore perplexes au sujet de la création annoncée de 12 districts ruraux, c'est le cas notamment à Notre-Dame-des-Érables.

La réforme du ministre Daniel Allain fait en sorte que des communautés éloignées les unes des autres seront regroupées, même si elles ont peu d'intérêts communs.

église de Notre-Dame-des-Érables

L'église de Notre-Dame-des-Érables

Photo : Radio-Canada / René Landry

Prenons l'exemple de Notre-Dame-des-Érables, qui sera jumelée à Miscou.

Notre-Dame-des-Érables est une petite communauté voisine de Paquetville, loin de la mer. Miscou est une île où on vit beaucoup de la pêche.

Le phare de Miscou, N.-B.

Le phare de Miscou, N.-B.

Photo : Radio-Canada / René Landry

À Notre-Dame-des-Érables, Réjean Cormier n'est pas le seul à se gratter la tête quand on aborde la question.

Nous autres on est en dedans des terres, souligne-t-il. Puis Miscou, c'est comme à une heure d'ici.

Il admet qu'il ne connaît personne à Miscou. C'est terriblement rare que j'y aille.

Un regroupement de pompiers impensable

Tout comme Réjean Cormier avec qui il vend des sapins de Noël, Bernard Pallot est pompier volontaire. Il sait bien qu'une fusion des brigades de Notre-Dame-des-Érables et de Miscou est impensable.

Euh, hésite-t-il d'abord. Je te dirais que ça va faire loin pour amener de l'eau là. Quand tu dis on voudrait avoir du back-up puis ils disent on va appeler Notre-Dame-des-Érables parce que c'est notre brigade, ça va prendre du temps.

Réjean Cormier et Bernard Pallot

Les deux amis et pompiers Réjean Cormier et Bernard Pallot vendent des sapins de Noël à Notre-Dame-des-Érables.

Photo : Radio-Canada / René Landry

Plusieurs ici trouvent ce jumelage un peu étrange.

C'est probablement comique un peu pour l'instant parce qu'on ne sait pas pourquoi ils ont fait ça, affirme Bernard Pallot.

Il se demande comment la situation va évoluer.

On aura les impacts un peu plus tard pour voir ce que ça va donner. Mais, j'ai hâte de voir si la brigade de Miscou va nous appeler pour avoir de l'eau, lance-t-il en riant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !