•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Surplus anticipé de 6 M$ pour 2021 à la Ville de Gatineau

L'hôtel de ville de Gatineau.

Les dépenses liées à la pandémie ont elles aussi suivi une tendance à la hausse (archives).

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Radio-Canada

La Ville de Gatineau anticipe un surplus budgétaire de plus de 6 millions de dollars pour l’année 2021. Les droits de mutation, soit la taxe de bienvenue, ont rapporté encore une fois plus d’argent que prévu. Mais les dépenses liées à la pandémie ont elles aussi suivi une tendance à la hausse. C’est ce qui a été présenté aux élus mardi matin en comité plénier.

Le service des finances a fait le point sur les états financiers de la Ville en se basant principalement sur les huit premiers mois de l’année et une projection pour les mois restants, et ce, jusqu’au 31 décembre.

Les droits de mutation ont rapporté plus de 23,5 millions de dollars supplémentaires cette année, selon les projections, malgré le ralentissement constaté depuis le mois d’août par le service.

La pandémie de COVID-19 a quant à elle entraîné plus de dépenses qu’anticipé, ce qui se traduit par un déficit de 13,7 millions de dollars. Ces dépenses comptent entre autres l’achat de masques, d'équipement de protection et les heures supplémentaires des policiers.

Le gouvernement du Québec avait octroyé une aide de 29,3 millions de dollars à la Ville de Gatineau pour éponger les impacts de la pandémie. De ce montant, plusieurs millions sont encore dans les coffres.

La mairesse, France Bélisle, s’était engagée en campagne électorale à éliminer la taxe dédiée afin d’offrir un répit aux contribuables. Malgré un surplus moins élevé qu’anticipé, la mairesse croit qu’il est toujours possible de financer les travaux d’infrastructure autrement que par les fonds amassés par cette taxe.

La mairesse de Gatineau, France Bélisle devant un panneau bleu sur lequel est apposé un logo de la ville.

La mairesse de Gatineau, France Bélisle (archives).

Photo : Radio-Canada

Un budget de 700 millions ne se résume pas uniquement [aux déficits et surplus]. Il y a une façon de faire les choses. L’ouverture de faire les choses autrement permet aussi de voir d’autres scénarios, rappelle Mme Bélisle en répondant aux questions des journalistes.

À la lumière de la présentation des états financiers, le parti d'Action Gatineau voit, pour sa part, un appel à la prudence.

Les surplus qu’on imaginait ne sont peut-être pas aussi élevés qu’on aurait pensé. On sait aussi que les défis à venir liés à la pandémie, liés aux pensions, liés aux changements climatiques sont difficiles à prévoir, mais sont importants alors il faut absolument qu’on soit prudent dans la préparation du budget, souligne son co-porte-parole, Steve Moran.

Steve Moran lors d'un point de presse.

Le conseiller du district de Hull-Wright, Steve Moran, est conseiller désigné et co-porte-parole d'Action Gatineau (archives).

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Les élus pourront débattre de l’utilisation de ces surplus lors de l’étude du budget prévu du 10 au 14 janvier 2022. Le comité exécutif a recommandé en novembre que l’étude soit repoussée, proposition pour laquelle presque tous les élus ont voté en faveur. Son adoption sera quant à elle le 31 janvier.

C’est la première fois que la Ville de Gatineau repousse l’étude du budget, occasionnant des pertes de revenus de placement et de tarification estimées à 650 000 $.

Une nouvelle politique de déneigement plus rapide que prévu?

Au lendemain de la première tempête hivernale à Gatineau, mardi, la mairesse réitère son engagement électoral de devancer les discussions sur la nouvelle politique de déneigement.

Les opérations de déneigement ont suscité plusieurs commentaires sur les réseaux sociaux lundi. Mme Bélisle admet que les opérations de déneigement lundi n’ont peut-être pas été à la hauteur des citoyens.

On est toujours en amélioration continue. […] Les gens de l’administration sont en mode service, souligne la mairesse. On va être un petit peu plus indulgent, c’était la première tempête de neige. Il n’y a pas de compromis à faire sur la sécurité.

Bien que les changements ne se feront sentir que l’année prochaine, Mme Bélisle croit qu’il est pertinent de procéder plus rapidement à la refonte de cette politique, qui selon elle, devrait prioriser le déneigement des trottoirs.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !