•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des réactions mitigées au retour des restrictions sanitaires dans le Sud-Ouest

Plusieurs personnes sont réunies autour d'une table pour Noël.

Les rassemblements privés sont visés par les nouvelles restrictions sanitaires.(Archives)

Photo : iStock

Radio-Canada

L'annonce du retour de certaines restrictions sanitaires dans les régions de Chatham-Kent et de Windsor-Essex déçoit certains des résidents.

Selon le médecin hygiéniste de la région sanitaire de Chatham-Kent, le Dr David Colby, la situation est inquiétante et des mesures doivent être prises.

La majorité des contaminations se font dans les foyers et les réunions sociales, explique-t-il.

Dans Chatham-Kent, les nouvelles restrictions sanitaires ne concernent pas les endroits qui doivent déjà imposer le passeport vaccinal à leurs clients et visiteurs. Le Dr Colby explique que jusqu'à présent, aucune éclosion n’a été signalée dans ces lieux de rassemblement.

Le Centre communautaire de Chatham-Kent La Girouette a prévu un souper spectacle samedi 11 décembre. Les organisateurs sont soulagés.

Nous sommes indifférents à cette mesure parce qu'elle ne nous affecte pas. On a déjà des contrôles de vaccination. Pour l'instant, nous ne sommes pas affectés par cette annonce, explique Bernard Tremblay, président du Centre communautaire.

Dans Windsor-Essex, les limites de rassemblement à l'intérieur sont également réduites à 10 à partir du 10 décembre. Cependant, les limites de capacité dans les restaurants et les bars ont été réduites.

La Communauté congolaise de Windsor Essex (COCOWE) est touchée par les nouvelles règles. Cet organisme communautaire prévoit une fête de remise de certificat aux participants d'un atelier sur les violences sexuelles organisé au mois de novembre. Ces nouvelles mesures gâchent la fête, constate avec amertume le président de la Communauté congolaise de Windsor Essex, Jacques Lehani Kagayo.

Ça faisait longtemps qu’on ne s'était pas vus physiquement. Malheureusement, cette mesure affecte toute l'organisation qu'on avait mise en place pour nous revoir samedi. On est obligé d'annuler, dit-il.

Selon Jacques Lehani Kagayo, même si son projet tombe à l'eau, les mesures s'imposent vu la situation sanitaire actuelle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !