•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La relance post-pandémie au cœur du premier budget Marchand

Bruno Marchand pose pour les caméras avec ses souliers.

Bruno Marchand a présenté son premier budget mardi.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

Un mois jour pour jour après avoir été élu à la mairie de Québec, Bruno Marchand a présenté mardi le premier budget de sa jeune administration, un exercice marqué entre autres par la relance économique et la poursuite des travaux d’implantation du projet de tramway hérité de l’ère Labeaume.

Le budget de fonctionnement 2022 de la Ville de Québec prévoit des dépenses totalisant 1,65 milliard de dollars, en hausse de 74,9 millions (4,7 %) par rapport à l’année en cours.

Malgré cette variation, l’équilibre budgétaire est maintenu puisque la Municipalité anticipe une croissance de ses revenus équivalente à celle de ses dépenses.

La mesure phare de ce premier plan budgétaire de l’administration Marchand est sans contredit l’instauration d’un crédit de taxes pour les propriétaires d’immeubles dont les locaux sont occupés par des entreprises des secteurs de l’hôtellerie, de la restauration et du commerce de détail, tous durement affectés par la pandémie.

Le crédit accordé équivaudra à 10 % de la taxe foncière générale non résidentielle pour les immeubles des secteurs visés. Les propriétaires pourront bénéficier d’une réduction allant jusqu’à 5000 $ par immeuble.

C'est quelque chose auquel on tenait [...] Les autres mesures [du budget] sont intéressantes, mais pour moi, c’est celle dont je suis le plus fier, a commenté Bruno Marchand.

Les coûts de cette mesure ponctuelle sont évalués à 2,5 millions de dollars.

Hausse de taxes collée à l’inflation

Après avoir bénéficié d’un gel de taxes au cours de la dernière année, les autres contribuables de la capitale verront leurs contributions municipales augmenter de 2,2 % en 2022, une croissance calquée sur l’inflation annuelle moyenne au 31 août 2021.

Cela représente une hausse moyenne de 65 $ par année pour les propriétaires de résidences unifamiliales.

La dette nette prévue s’élève à 1543,3 millions de dollars, une baisse de 10 millions par rapport aux projections pour l’année 2021.

L’administration Marchand a également dévoilé son plan d’investissement quinquennal 2022-2026, qui inclut des dépenses de 5,93 milliards de dollars dans les infrastructures et les services publics d’ici les cinq prochaines années.

À lui seul, le projet de tramway recevra 2,7 milliards de dollars, un montant qui inclut les contributions des gouvernements provincial et fédéral.

Le directeur général de la Ville de Québec, Luc Monty, a indiqué à ce propos que les montants prévus pour le tramway faisaient l’objet de discussions avec le gouvernement Legault, qui assumera 55 % de la facture totale.

Un tramway livré dans les délais

Même s'il a émis des réserves par rapport au projet de réseau structurant de transport en commun durant la campagne électorale, Bruno Marchand a réitéré son intention de le mener à terme.

On a dit qu'on croyait au tramway et on travaille très fort pour faire en sorte que ce tramway-là arrive dans les délais [...] avec les améliorations qu'on a proposées, avec une étude de faisabilité sur ces améliorations-là et surtout avec une capacité de rallier [...] les deux autres paliers de gouvernement pour arriver avec une vision commune de ce projet-là, a précisé le maire.

Esquisse du projet de tramway de la Ville de Québec.

En 2022, la Ville de Québec investira 284 millions de dollars dans des travaux visant à préparer l'implantation du tramway. (Archives)

Photo : Courtoisie Ville de Québec

Comme il est en situation minoritaire à l’hôtel de ville, Bruno Marchand aura besoin de l’appui de certains conseillers de l’opposition pour faire adopter son budget. À en croire le chef de l’opposition officielle, Claude Villeneuve, Bruno Marchand peut dormir tranquille.

Je n'ai pas de conditions à établir aujourd'hui qui feraient en sorte qu'on l'appuierait ou pas. Donc, ça regarde bien, a déclaré M. Villeneuve.

Manque d'ambition

De son côté, la cheffe de Transition Québec, Jackie Smith, hésite à donner son appui au budget Marchand, à qui elle reproche de manquer d’ambition pour la lutte contre les changements climatiques.

On voit qu’il y a des sommes en environnement budgétées, mais elles sont en grande partie dirigées vers l’incinérateur et sur l’usine de biométhanisation et vont à l’encontre de la vision d’une ville zéro déchet, a réagi Mme Smith.

Avec la collaboration de Louise Boisvert et Pierre-Alexandre Bolduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !