•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Conflit de travail à la SAQ : temps difficiles pour des entreprises dépositaires

L'intérieur d'une distillerie.

La distillerie Artist in Residence à Gatineau (archives)

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Radio-Canada

Le conflit de travail qui se poursuit à la Société des alcools du Québec (SAQ) se reflète sur les tablettes des succursales et, finalement, sur la table des consommateurs à l’approche du temps des Fêtes. Mais le chiffre d’affaires d’entreprises dépositaires en subit aussi les effets. C’est le cas de l’entreprise Artist in Residence Distillerie de Gatineau.

Le mois de décembre est le plus gros mois de l’année, explique d’entrée de jeu son président, Pierre Mantha.

Les employés de la Société des alcools du Québec ont refusé à 86 % de signer l’entente de principe pour le renouvellement de leur convention collective.

Dans des succursales de la Société des alcools du Québec, le remplissage des tablettes ne suit donc plus son cours, étant donné que les 800 employés impliqués dans le conflit de travail s’occupent de l’approvisionnement, de l’entrepôt et de la livraison.

Les syndiqués avaient voté le 19 octobre à 94 % en faveur de moyens de pression pouvant aller jusqu’à la grève.

Pour l’entreprise gatinoise, ça veut dire que, vraiment, les ventes vont être coupées à moitié pour le mois de décembre, estime M. Mantha.

Artist in Residence Distillerie vend ses produits par l’entremise de la Société des alcools du Québec, son seul client. Quand tu as juste un client, c’est quelque chose qui peut arriver, admet son président.

À la recherche de solutions, l’entreprise a choisi d’ouvrir sa boutique de Gatineau durant le mois de décembre, dans l’espoir que des consommateurs soient attirés par l’achat local.

Ces deux semaines-là, on ne pourra pas les reprendre. Le mois de décembre, les gens vont acheter pareil. […] Ils vont acheter autre chose, explique M. Mantha.

Un rendez-vous raté

Le conflit de travail à la Société des alcools du Québec risque de se traduire par un rendez-vous raté […] pour certains produits, croit le président d'A3 Québec, Roch Bissonnette, qui regroupe 75 agences de vins, de bière et de spiritueux.

C’est certain que ce conflit-là, ce que ça représente, c’est le canal de distribution des produits qu’on représente. Il n’y en a pas d’autres, explique M. Bissonnette, qui est aussi président de Sélections Oeno.

Et le temps de Fêtes représente habituellement la plus grande période de l’année pour les producteurs de différents types d’alcool. C’est une période énorme. C’est tout à fait naturel, les soirées, les partys, ça fait partie de notre culture, renchérit M. Bissonnette.

Le conflit se maintient et des consommateurs ont prévu le coup en faisant leurs provisions d’alcool plus tôt, selon lui. C’est sûr qu’il va y avoir des trous. On n’aura pas l’offre qu’on a habituellement, prévoit-il.

Des citoyens ont cependant constaté, à leur grand bonheur, des tablettes remplies dans une Société des alcools du Québec de Gatineau. Ici, les comptoirs sont pleins, les tablettes sont pleines. Il n'y a aucun problème de ce côté-là. Du point de vue approvisionnement, je pense qu'il n'y a aucun problème, a lancé un client à sa sortie d'une succursale.

Une cliente qui souhaitait faire ses provisions à l'avance était à la recherche d'un rhum et n'a pu trouver le produit recherché. J'ai pris d'autres choses, j'avais d'autres choix, se console Lise Binette. C'est dommage, mais je les appuie quand même.

Les employés syndiqués des centres de distribution de la Société des alcools du Québec sont sans contrat de travail depuis avril 2021. Les salaires, la santé et sécurité au travail, le statut précaire de plusieurs employés ainsi que les heures supplémentaires et les assurances collectives sont au cœur du litige avec l’employeur.

Avec les informations de Christian Milette et d'Ismaël Sy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !