•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« N’évitez pas les soins urgents durant la pandémie », dit une députée manitobaine

Eileen Clarke est assise devant des meubles.

La députée provinciale Eileen Clarke craignait d'être admise dans des hôpitaux où la COVID-19 se propageait.

Photo : Gracieuseté d'Eileen Clarke

Radio-Canada

La députée d'Agassiz, Eileen Clarke, encourage les Manitobains à ne pas reporter les soins urgents dont ils ont besoin, même durant la pandémie de COVID-19. Elle avait « peur de se rendre à l’hôpital » pour ses problèmes cardiaques et souhaite que les gens tirent une leçon de son expérience.

Le 9 novembre dernier, Mme Clarke a fermé les yeux sur son propre problème de santé. Elle s’est sentie étourdie et a presque perdu connaissance à plusieurs reprises. 

Ce jour-là, elle s’est entretenue avec la ministre de la Santé du Manitoba, Audrey Gordon, ainsi qu'avec des responsables de la région sanitaire de Santé Sud. 

[Lorsque j’ai raccroché le téléphone] je me suis évanouie et je me suis dit que c’était dû à un gros stress.

Eileen Clarke s’est reposée quelques instants. Un peu plus tard, alors qu’elle allait chercher des décorations de Noël dans son garage, elle s’est penchée en avant et a perdu l’équilibre.

Mme Clarke dit qu'elle s’est sentie étourdie, ce qui lui arrivait généralement quand elle se levait. Elle n'a pas saisi la gravité de la situation parce que ces sensations ne duraient que quelques secondes. 

Son mari a voulu appeler le 911, mais Eileen Clarke hésitait. Elle craignait d'être admise dans des hôpitaux où sévissait la COVID-19.

Quelques heures plus tard, elle s'est rendu compte qu'elle ne pouvait pas attendre plus longtemps. Elle avait envie de s'endormir, mais ne savait pas si elle allait se réveiller. 

Les ambulanciers ont réalisé qu'elle avait désespérément besoin d'un stimulateur cardiaque. Alors que l’ambulance se dirigeait vers l'Hôpital Saint-Boniface, à Winnipeg, son rythme cardiaque a chuté à seulement 19 battements par minute, raconte Mme Clarke.

On lui a posé un stimulateur cardiaque pour l’aider à contrôler son rythme cardiaque, mais il est possible qu’elle en aurait eu besoin d’un bien avant cet incident.  

Le président de la Société canadienne de cardiologie (SCC), Marc Ruel, félicite la députée d'avoir raconté son histoire pour encourager d'autres personnes à ne pas reporter les soins médicaux nécessaires.

Le Dr Ruel dit que Mme Clarke n'est pas la seule à vouloir retarder les procédures médicales. C'est quelque chose qui est arrivé à plusieurs reprises durant cette pandémie.

Durant la pandémie, Eileen Clarke a constaté que de le fait de raconter des informations personnelles sur sa page Facebook, notamment cet incident, aidait des gens.

Avec les informations d'Ian Froese

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !