•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Valdorien plaide coupable d’enlèvement et de contacts sexuels sur une fillette

Le palais de justice de Val-d'Or.

L'homme a plaidé coupable au palais de justice de Val-d'Or.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

Radio-Canada

Un homme de 36 ans de Val-d’Or a plaidé coupable mardi matin d’avoir enlevé une fillette de cinq ans et d’avoir posé des gestes sexuels à son endroit. Il écope d’une peine de sept ans et demie de pénitencier.

Une ordonnance de non-publication rendue par la juge Renée Lemoine nous interdit de diffuser le nom de l’accusé, afin de protéger l’identité de la jeune victime.

Le 14 août dernier, l’homme a kidnappé la fillette après avoir prétendu à sa gardienne vouloir l'emmener jouer au parc avec ses enfants. Celui qui est un ami du père de la victime l’a plutôt conduite dans un campement de fortune érigé dans un secteur boisé à la sortie Est de Val-d’Or, où il a posé des gestes sexuels à son endroit pendant la nuit.

Il a été arrêté le lendemain matin quand les policiers l’ont intercepté à bord de sa voiture, accompagné de la fillette.

L’accusé a plaidé coupable à sept chefs d’accusation, dont enlèvement d’un enfant de moins de 14 ans, contacts sexuels sur un enfant, incitations à des contacts sexuels et possession de pornographie juvénile.

Les procureurs Jonathan Tondreau, en poursuite, et Érika Marier, en défense, ont présenté une suggestion commune, à laquelle s’est rangée la juge Lemoine.

Me Tondreau estime que cette peine rejoint l’objectif de dénonciation, tout en accordant une importance à la possibilité de réhabilitation de l’accusé. Il ajoute que la peine tient compte du plaidoyer rapide de l'homme, qui évite à la jeune victime de vivre le processus judiciaire.

C’était un facteur atténuant qui militait pour une peine moindre, mais il y a avait aussi beaucoup de facteurs aggravants au dossier. C’est une peine significative et ça vient avec plusieurs ordonnances qui sont lourdes de sens, souligne le procureur.

L’accusé a pris la parole pour exprimer la honte face à ses gestes et son désir de suivre les programmes d’aide qui lui seront offerts pendant son incarcération.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.