•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coastal GasLink accusée de ne pas respecter des normes environnementales

Vue aérienne d'un chantier de construction du gazoduc Coastal Gaslink dans le nord de la Colombie-Britannique.

Malgré une vive opposition, la construction du gazoduc Coastal GasLink est en cours, dans le nord de la Colombie-Britannique.

Photo : Coastal Gaslink

Radio-Canada

Un an après qu'elles ont été dénoncées, une vingtaine d'infractions pouvant nuire aux cours d'eau et aux terres humides le long du tracé du pipeline Coastal GasLink n'ont toujours pas été rectifiées, affirme le Bureau d'évaluation environnementale de la Colombie-Britannique.

Selon l'organisme, GasLink n’a pas donné suite à des ordres donnés en 2020 pour rectifier ces problèmes d’érosion et de sédiments. Les sédiments peuvent être néfastes pour les systèmes aquatiques et peuvent asphyxier les oeufs de poissons.

Deux ordonnances d’exécution ont donc été lancées pour forcer la compagnie gazière à respecter les conditions environnementales autour de son projet de pipeline.

Le gazoduc qui doit transporter du gaz naturel du nord-est de la Colombie-Britannique jusqu’à Kitimat fait l'objet de tensions et d'une vive opposition en territoire wet'suwet'en.

Un manifestant tenant un drapeau des guerriers mohawks devant une voiture aux phares allumés, la nuit, sur une route des environs de Prince George, en Colombie-Britannique.

Des membres des Wet'suwet'en ont lancé un avis d'éviction de leur territoire contre les représentants de Coastal GasLink dimanche dernier.

Photo : Layla Staats

D'après Coastal GasLink, le tracé de 670 kilomètres de son pipeline croise 625 cours d’eau, ruisseaux, rivières et lacs qui comportent tous des habitats de poissons vitaux.

Dans une déclaration écrite à Canadian Broadcasting Corporation, Coastal GasLink affirme avoir agi immédiatement en réponse aux ordonnances d'exécution du Bureau d'évaluation environnementale .

La porte-parole de Coastal GasLink, Natasha Westover, souligne cependant que le contrôle de l’érosion et des sédiments est constant et que la compagnie évalue régulièrement la situation et s’adapte selon les cas.

Si les chefs héréditaires des Wet'suwet'en s'opposent à Coastal GasLink, les cinq conseils de bande wet’suwet’en élus qui se trouvent le long de son tracé ont signé des accords avec la compagnie gazière leur garantissant investissements, emplois et redevances à long terme.

D'après des informations de Betsy Trumpener

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !