•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 7000 hectares de territoire sont désormais protégés sur l’île Manitoulin

Une photo aérienne d'une baie entourée d'arbres.

La région de la baie Vidal, du côté ouest de l'île Manitoulin, est maintenant protégée par Conservation de la nature Canada.

Photo : Conservation de la nature Canada

Radio-Canada

Plus de 7200 hectares, soit environ 18 000 acres, de forêt et de berges de la baie Vidal, du côté ouest de l’île Manitoulin, sont maintenant protégés par l'organisme Conservation de la nature Canada.

L’agence a annoncé mardi l’acquisition de la propriété, qui comprend 18,5 kilomètres de rivage sur le chenal nord du lac Huron. Il s’agit de l’une de ses plus grandes acquisitions en Ontario.

La directrice des programmes de Conservation de la nature Canada dans le Centre-Ouest de l’Ontario, Esme Batten, dit qu'il s'agit d'une propriété incroyable et d'une occasion de conservation en développement depuis plus de 20 ans.

Il [le territoire] se connecte avec des terres de conservation adjacentes au sud pour former une zone protégée de plus de 248 kilomètres carrés de forêts, de zones humides et de rivages, affirme-t-elle.

Elle souligne que cette propriété protège l'habitat d'un large éventail de mammifères et d'espèces locales telles que l'ours noir américain et le loup gris.

Mme Batten précise qu’une zone de conservation de cette taille est importante, car elle permet aux animaux de se déplacer pratiquement sans interruption.

Une carte montre que le territoire protégé rivalise d'ampleur avec d'autres zones de conservation attenantes.

Le territoire protégé comprend 18,5 kilomètres de berges. Il s'agit de la plus importante acquisition en Ontario de Conservation de la nature Canada.

Photo : Conservation de la nature Canada

C'est spectaculaire de pouvoir se tenir debout le long de ces rives et de savoir qu'elles seront protégées pour toujours, et il est si rare de pouvoir regarder le lac Huron et de ne voir que la forêt naturelle, dit-elle.

Le projet de 16 millions de dollars a été rendu possible grâce à des contributions des gouvernements provincial et fédéral, ainsi que des donateurs privés de l'île et internationaux.

Mme Batten dit que chaque nouvelle propriété comprend de l'argent mis de côté pour la protéger à l'avenir.

Nous sommes en mesure de nous assurer que nous pouvons gérer ces terres, qu'il s'agisse de l'élimination d'espèces envahissantes, de la création de sentiers ou de la surveillance des populations d'oiseaux ou de plantes rares, dit-elle.

Le travail est en cours pour développer un plan de gestion du territoire.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !