•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saisie de perroquets gardés dans des conditions inadéquates à Sherbrooke

Des perroquets dans une cage.

Ce sont 22 oiseaux exotiques qui ont été saisis par la SPA Estrie.

Photo : Gracieuseté de la SPA Estrie

Radio-Canada

Vingt-deux oiseaux exotiques ont été saisis lundi par la Société protectrice des animaux (SPA) de l'Estrie. Les oiseaux se trouvaient dans un logement de la rue Larocque à Sherbrooke.

Des cacatoès, des gris d’Afrique, des youyous, des aras et d’autres espèces exotiques qui ont été saisis à ce domicile .

C’est la première fois que nous saisissons tant d’oiseaux exotiques à la fois, confirme la porte-parole de la Société protectrice des animaux-Estrie, Marie-Pier Quirion.

C’est un individu qui aimait beaucoup les perroquets. Il se disait comme un rescue, mais le fait d’en héberger plusieurs devenait problématique. L'individu a été arrêté. Il a été libéré avec promesses de comparaître, indique Mme Quirion.

Un gros perroquet qui prend la pose dignement.

Un ara a une espérance de vie de 50 ans.

Photo : Radio-Canada / LAURENCE PROVENCHER

Les 22 perroquets étaient d'ailleurs gardés dans des conditions jugées inadéquates par la Société protectrice des animaux.

Les perroquets étaient en danger. Il y avait absence de ventilation et de lumière naturelle. Les cages étaient trop petites et sales. Il y avait absence de nourriture adaptée et absence d’eau salubre dans plusieurs cages, soutient Marie-Pier Quirion.

Les inspecteurs de la Société protectrice des animaux-Estrie considèrent que la santé tant physique que psychologique de ces oiseaux exotiques était compromise.

« C'est beaucoup d'oiseaux dans un même logement. Je n’ai pas le bilan précis de l’état de santé des animaux. Nous attendons le retour du vétérinaire concernant leur état de santé. »

— Une citation de  Marie-Pier Quirion, porte-parole de la SPA-Estrie

Des accusations de négligence envers les animaux pour avoir omis de fournir les aliments, l’eau, l’abri et les soins convenables et suffisants pourraient être déposées contre le propriétaire.

Les perroquets se trouvent actuellement entre les mains des vétérinaires.

Nous n'avons pas envisagé de les placer en adoption, souligne la porte-parole de la Société protectrice des animaux-Estrie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !