•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Alberta étudiera l’idée d’un programme d’approvisionnement sûr d’opioïdes

Un cachet de fentanyl coupé en deux.

L’Alberta pourrait connaître l'année la plus meurtrière pour les surdoses.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le gouvernement albertain propose de mettre en place un comité bipartite de députés afin de peser le pour et le contre de la distribution de produits pharmaceutiques de qualité pour remplacer les drogues illicites. 

Il prévoit de déposer à l'Assemblée législative une motion pour la création de ce comité spécial mardi.

Je veux regarder les preuves objectives, à la fois celles qui sont en faveur et celles qui sont contre, a déclaré Mike Ellis, le ministre adjoint à la Santé mentale et aux Dépendances mardi. Je veux que des preuves soient présentées à ce comité et j’ai hâte de voir ses conclusions.

En ce qui concerne les surdoses, l’Alberta est en voie de connaître l'année la plus meurtrière jamais enregistrée. Entre janvier et août, 1026 personnes sont mortes par empoisonnement aux drogues illicites en Alberta.

Certains consommateurs meurent pour avoir consommé, sans le savoir, des drogues coupées avec du fentanyl, du carfentanil et d’autres substances toxiques.

Réduction des méfaits

L'approvisionnement sûr fait partie de ce que l’on appelle les politiques de réduction des méfaits. La Colombie-Britannique a décidé d’en faire l’expérience.

Bien que certains experts affirment que la réduction des méfaits est essentielle pour lutter contre les surdoses, en Alberta, le gouvernement conservateur est hostile à de telles mesures, comme le centres de consommation supervisée, préférant financer des places en traitement de la toxicomanie et en augmenter le nombre.

Samedi, lors d’une conférence de presse, le premier ministre, Jason Kenney, a souligné que son gouvernement allait financer 8000 nouvelles places au total, soit le double de ce qui avait été promis en 2019.

Il a aussi expliqué que le comité sur l’approvisionnement sûr discutera avec des experts médicaux, scientifiques, juridiques, mais aussi des personnes qui sont sorties de la dépendance. Jason Kenney dit vouloir une étude ouverte et publique, un débat plus équilibré sur cette question importante.

Malgré avoir exprimé ce souhait, il a aussi pris position sur la question. Il y a de plus en plus de pression pour rendre les drogues plus accessibles aux personnes dépendantes. Nous ne pensons pas que le fait de faciliter les dépendances mortelles soit l’approche responsable la plus sécuritaire.

Lundi, le ministre Mike Ellis a lui aussi laissé entendre que le gouvernement ne penchait pas en faveur de l'approvisionnement sûr. Il a notamment cité un médecin qui affirme que cet approvisionnement déclenchera une nouvelle crise, tout comme l’oxycodone a provoqué la crise des opioïdes actuelle.

De telles remarques inquiètent vraiment notre gouvernement, sans oublier les professionnels de la santé, qui font valoir qu’il n’y a pas de preuve pour soutenir la distribution à grande échelle par le gouvernement de narcotiques tels que des opioïdes, de la cocaïne, de la méthamphétamine, a-t-il ajouté. 

Un comité bipartite

Selon la chef de l'opposition officielle, Rachel Notley, la création d’un tel comité est une bonne idée, à condition que le gouvernement agisse de bonne foi.

Ce qui n’aide pas, c’est que le gouvernement conservateur laisse entendre que l'approvisionnement sûr est un moyen néfaste de tout simplement distribuer au hasard des drogues à la population albertaine, a-t-elle fait remarquer.

La motion, qui sera déposée mardi à l’Assemblée nationale, propose que le député conservateur de Calgary-Klein, Jeremy Nixon, soit le président du comité, et Tracy Allard, la députée conservatrice de Grande Prairie, sa vice-présidente.

Le comité sera composé de six députés conservateurs et de quatre députés néo-démocrates, dont Lori Sigurdson, porte-parole de l'opposition néo-démocrate en matière de santé mentale et de toxicomanie.

D’après la motion, le comité devra remettre un rapport avec ses recommandations d'ici à la fin du mois d'avril.

D'après les informations de Michelle Bellefontaine

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !