•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grande distribution de produits anti-COVID-19 pour les Premières Nations du Yukon

Peter Johnston tient des paquets de lingettes désinfectantes.

Peter Johnston, grand chef du Conseil des Premières Nations du Yukon, affirme que la distribution de lingettes désinfectantes et de tests rapides à pour but d'assurer la santé des communautés.

Photo : Conseil des Premières Nations du Yukon

Radio-Canada

Le Conseil des Premières Nations du Yukon (CYFN) a entamé la distribution de tests rapides et d'autres produits en lien avec la COVID-19 auprès de toutes les Premières Nations du territoire.

Les 14 Premières Nations du Yukon sont en train de recevoir des cartons entiers de lingettes désinfectantes, offertes par Clorox Canada, et de trousses de tests rapides pour détecter la COVID-19 à l’initiative du Conseil des Premières Nations du Yukon (CYFN), l’organisme qui coordonne la réponse face à la pandémie.

Le but de l’opération, selon le grand chef du Conseil des Premières Nations du Yukon, Peter Johnston, est d'assurer la sécurité et la santé des communautés.

Les tests rapides seront effectués par des membres de la communauté ayant reçu une formation de l’Agence de la santé publique du Canada. Une façon d’augmenter le niveau de confiance dans la communauté, croit M. Johnston.

« Nous, les gouvernements des Premières Nations, connaissons mieux nos communautés et nous savons comment traiter nos membres différemment. »

— Une citation de  Peter Johnston, grand chef, Conseil des Premières Nations du Yukon

M. Johnston ajoute que ces tests rapides permettent aussi d’améliorer la réponse des gouvernements autochtones face à la pandémie, ainsi que leur autonomie durant cette période.

En plus des trousses de tests et des lingettes, les Kwanlin Dun et les Vuntut Gwitchin se voient doter d’une machine de tests rapides GeneXpert, qui permet de fournir des résultats en 30 minutes, avec la même qualité que celle d'un laboratoire.

Les infirmières communautaires aideront les membres des Premières Nations formés à utiliser ces dernières.

C'est très important, évidemment, pour les communautés qui veulent avoir la possibilité de tester à la minute près les personnes qui peuvent revenir de l'extérieur de la communauté ou les nouveaux arrivants dans la communauté, affirme Peter Johnston, ajoutant que de telles machines permettent d’augmenter le niveau de confiance et de certitude dans les communautés.

La distribution des 7000 trousses de tests rapides et les 70 000 paquets de lingettes a commencé cet automne et se poursuit, selon le Conseil des Premières Nations du Yukon. Peter Johnston affirme que, devant la difficulté logistique, l’organisme a pu entreposer une partie du matériel dans des entrepôts du gouvernement du Yukon.

Pour les livraisons, il faut aussi prendre en compte les températures glaciales des derniers jours afin de s’assurer que la marchandise ne gèle pas.

Si Peter Johnston assure que c’est à chaque Première Nation de décider où seront offerts les tests de dépistage, il avoue que certains centres de santé n’ont pas la capacité d’accueillir un grand nombre de personnes. Il serait donc envisageable d'utiliser les écoles et les centres culturels à cet effet.

Il faut cependant faire attention parce qu'il y aura des personnes qui fréquentent l'établissement et des personnes qui viennent pour d'autres raisons ou d'autres problèmes médicaux. On ne peut pas les exposer les premières à des personnes qui pourraient ne pas savoir si elles ont la COVID-19 ou non.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !