•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les employés d’entrepôt de la SAQ rejettent l’entente de principe

Pancarte avec le slogan « Négociations de mauvais goût » tenue par un gréviste.

L'entente de principe avait été annoncée le 29 novembre dernier.

Photo : Radio-Canada / Camille Carpentier

Radio-Canada

Les employés de la Société des alcools du Québec (SAQ) ont refusé à 86 % de signer l'entente de principe pour le renouvellement de leur convention collective.

Le 29 novembre dernier, la direction de la Société des alcools du Québec et le syndicat représentant les 800 employés d'entrepôt et de livraison avaient annoncé une entente de principe sans vouloir en révéler le contenu.

Nous avions suspendu une grève afin de donner une dernière chance aux négociations. Nous avions une entente, mais elle a été refusée par les membres. Nous allons nous réunir demain matin avec le comité exécutif du syndicat afin de déterminer ce que seront nos prochaines actions. Évidemment, nous allons aussi contacter l’employeur, a déclaré Michel Gratton, conseiller syndical du Syndicat canadien de la fonction publique.

Il est précisé dans un communiqué que les représentants syndicaux ne s’exprimeront pas avant de définir les actions à venir.

Le communiqué du syndicat ne donne aucune indication sur les raisons du refus de l'entente.

Le 22 novembre dernier, les 800 employés des deux centres de distribution de la Société des alcools du Québec à Québec et à Montréal avaient déclenché une grève générale illimitée à l'aube.

Les dirigeants syndicaux avaient déclaré qu’il n’était pas dans leur intention de déclarer une grève illimitée, mais le comportement de l'employeur, qui aurait utilisé des briseurs de grève lors du débrayage surprise de 24 heures le 16 novembre dernier, a changé la donne.

Ils avaient expliqué qu’en déclarant la grève générale, l’employeur ne pouvait avoir recours à des briseurs de grève en vertu du Code du travail.

De son côté, la direction de la société d’État a démenti le recours à des travailleurs de remplacement, comme l'avait soutenu le syndicat.

Sans contrat de travail

Les employés syndiqués des centres de distribution de la Société des alcools du Québec sont sans contrat de travail depuis avril 2021.

Les salaires, la santé et sécurité au travail, le statut précaire de plusieurs employés ainsi que les heures supplémentaires et les assurances collectives sont au cœur du litige avec l'employeur.

Les syndiqués avaient voté le 19 octobre à 94 % en faveur de moyens de pression pouvant aller jusqu'à la grève.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !