•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les précautions à prendre pour voyager pendant le temps des fêtes

Des passagers masqués dans un aéroport décoré pour Noël.

Connaître les mesures de lutte conrte la pandémie de COVID-19 est essentiel pour voyager pendant les fêtes.

Photo : anp/afp via getty images / Remko De Waal

Les fêtes de fin d’année sont l’occasion de voyager, mais avant de se déplacer en Colombie-Britannique, dans le reste du Canada ou bien à l’étranger, il faut connaître les règles mises en place pour lutter contre la COVID-19.

En Colombie-Britannique et dans le reste du Canada

Depuis le 30 octobre, Ottawa demande à ce que les voyageurs âgés de plus de 12 ans et 4 mois qui se déplacent au Canada soient pleinement vaccinés avant de voyager en avion, dans les trains de VIA Rail et Rocky Mountaineer ou pour séjourner plus de 24 heures sur un navire en tant que voyageur non essentiel.

Cela signifie qu'ils doivent avoir reçu deux doses d’un vaccin contre la COVID-19 ou une dose du vaccin de Johnson & Johnson, tous approuvés par Santé Canada, et doivent attendre 14 jours après la dernière injection avant de partir.

Il faut également ne pas présenter de symptôme de la COVID-19 et porter un masque pendant la durée du trajet.

Aucun test de dépistage n’est requis pour voyager à l’intérieur du pays.

Ottawa demande aussi aux voyageurs de se munir d’une preuve de vaccination fédérale. En Colombie-Britannique, cette preuve est disponible sur le portail Health Gateway (Nouvelle fenêtre), qui dispense également le passeport vaccinal provincial, par téléphone en composant le 1-833-838-2323, ou en se déplaçant dans l’un des centres de Service BC.

Ce passeport vaccinal est nécessaire pour entrer dans de nombreux événements, lieux publics, bars et restaurants au pays.

Pour se rendre au Canada

L'aéroport international de Vancouver.

Vancouver est l'un des quatre aéroports au Canada qui accueillent les voyageurs internationaux.

Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

Robyn McVicker, vice-présidente du voyage des passagers à l'Aéroport international de Vancouver, résume les prérequis pour rejoindre le Canada depuis l’étranger. Les passagers doivent avoir un test [de dépistage à la COVID-19] fait moins de 72 heures avant leur arrivée.

Les passagers doivent réaliser un test moléculaire de type test d'amplification en chaîne par polymérase, dont le prix varie en fonction du pays dans lequel il est effectué. Ce sont aux compagnies aériennes de vérifier l’intégralité de ces données avant même que le passager n’embarque, selon Robyn McVicker.

L'application ArriveCAN, qui était jusqu'alors nécessaire pour entrer au pays, ne sera bientôt plus obligatoire à la suite de nombreuses plaintes reçues à son sujet.

Un homme abaisse son masque et incline sa tête vers l'arrière pour qu'un échantillon soit prélevé dans sa narine.

Un test de dépistage de la COVID-19 est bien souvent nécessaire avant ou après avoir pris l'avion.

Photo : Reuters / Yves Herman

Depuis le 30 novembre, un dépistage à la COVID-19 est aussi obligatoire pour les voyageurs à leur arrivée au pays.

La mesure entrée en vigueur la semaine dernière consiste à passer d’un dépistage aléatoire qui existe déjà dans les aéroports, à un dépistage systématique pour quiconque revient de l’étranger, exception faite des États-Unis, explique Robyn McVicker.

Les voyageurs doivent ensuite se mettre en quarantaine en attendant le résultat de ce test, ce qui prend 24 heures.

Depuis la fin novembre cependant, les Canadiens pleinement vaccinés qui se déplacent à l’étranger pour moins de 72 heures n’ont plus à fournir un résultat négatif à leur retour.

Enfin, afin de contrer la propagation du variant Omicron, le Canada n’accepte plus les ressortissants étrangers ayant visités les pays suivant 14 jours avant leur arrivée : Botswana, Égypte, Eswatini, Lesotho, Malawi, Mozambique, Namibie, Nigéria, Afrique du Sud et Zimbabwe. Les citoyens canadiens, résidents permanents doivent se conformer à des mesures renforcées en matière de tests de dépistage et de mise en quarantaine.

Pour voyager à l’étranger

Photo de la frontière entre le Canada et les États-Unis à Surrey en Colombie-Britannique

Un test PCR ou antigénique négatif effectué 24 h avant l'embarquement est désormais nécessaire pour se rendre aux États-Unis.

Photo : La Presse canadienne / Daryl Dyck

Pour se déplacer en dehors du Canada, si les prérequis d’entrée des pays évoluent régulièrement, une preuve de vaccination complète et un test test d'amplification en chaîne par polymérase sont exigés par la plupart d’entre eux.

Lorsqu'un passager quitte le pays par un aéroport, il doit présenter sa preuve vaccinale. C’est aux compagnies aériennes de vérifier cette preuve vaccinale avant même que les passagers s’enregistrent, ajoute Robyn McVicker.

Depuis lundi, toute personne se rendant aux États-Unis doit présenter un test test d'amplification en chaîne par polymérase ou antigénique négatif effectué 24 heures avant l'embarquement. Robyn McVicker précise que ce test peut-être effectué directement à l’aéroport avant le départ.

Ce test coûte entre 150 et 500 $, selon les établissements et le délai d’obtention des résultats.

Comme ces mesures sont en constante évolution du fait notamment de la propagation de nouveaux variants comme le variant Omicron, il est important de bien se renseigner avant de partir, indique Robyn McVicker.

Renseignez-vous sur l’ensemble des prérequis en fonction du pays dans lequel vous vous rendez, dit-elle.

Mme McVicker souligne enfin que malgré ces mesures, l’aéroport de Vancouver accueille entre 30 000 et 35 000 voyageurs par jour, un nombre qui a augmenté ces dernières semaines.

Avec des informations de François Macone.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !