•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le passeport vaccinal toujours pas exigé par des restaurateurs de la Matanie

Un téléphone cellulaire avec la preuve vaccinale du gourvernement du Québec est déposé sur une table, à côté d'un clavier de travail.

La preuve vaccinale de COVID-19 du gouvernement du Québec, sous forme de code QR.

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy

Trois mois après l'entrée en vigueur du passeport vaccinal, des restaurateurs de La Matanie ne l'exigent toujours pas à leur clientèle.

C’est le cas, du Casse-Croûte Le Crève-Faim, situé à Petit-Matane. Cet établissement avait annoncé en août refuser de vérifier le statut vaccinal de ses clients.

Radio-Canada a pu constater que c’est toujours le cas : le restaurant ne demande pas le passeport vaccinal à ses clients.

Le propriétaire, Yanick Ouellet, qui est aussi à l’origine d’un dépliant diffusé à Matane qui s’oppose à la vaccination des enfants, a refusé nos demandes d’entrevue.

Par ailleurs, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent mentionne qu’il a connaissance d’autres établissements dans la région qui ne vérifient pas le statut vaccinal de leurs clients, sans donner de précisions.

Les autorités au courant

Du côté des autorités, le CISSS du Bas-Saint-Laurent a informé la Sûreté du Québec (SQ) dès que la santé publique a pris connaissance de la situation.

Le CISSS indique par écrit être au courant de cette situation et a rapidement avisé ses partenaires que sont la Sûreté du Québec et la CNESST. [...] Des contacts réguliers sont maintenus avec nos partenaires afin de réagir à toute situation qui nous serait rapportée.

La Sûreté du Québec n’a pas voulu indiquer si elle était intervenue dans ce cas précis, car le corps policier refuse de commenter les cas isolés.

La collaboration avant le bâton

Selon la responsable d’équipe du service de la diffusion et des relations médias de la Sûreté du Québec, Ann Mathieu, le but du corps policier n’est pas d’organiser une chasse aux sorcières, mais bien d’obtenir la collaboration des restaurateurs.

On compte sur la bonne foi des gens qui sont visés par l’application des mesures sanitaires. On fait confiance aux commerçants de bien se conformer à ces mesures-là, explique-t-elle.

Ann Mathieu s'adresse aux médias dans une stationnement de Saint-Apollinaire.

La responsable d’équipe du service de la diffusion et des relations médias de la Sûreté du Québec, Ann Mathieu.

Photo : Radio-Canada

Mais si la collaboration n’est pas au rendez-vous, la SQ peut sévir.

Les commerces visés par l’utilisation du passeport vaccinal se doivent de respecter cette mesure-là puisque si les gens ne font pas respecter ces consignes, ils sont sujets à recevoir un constat d’infraction, souligne-t-elle.

Les restaurateurs qui refusent de vérifier le passeport vaccinal des clients s’exposent à des amendes allant jusqu’à 6000 $.

Ann Mathieu indique que les agents de la Sûreté du Québec, en uniforme ou en civil, peuvent intervenir de différentes façons et vérifier si l’établissement se conforme à la loi.

Il y a des policiers qui peuvent en faire la constatation par eux-mêmes dans le cadre de leur travail régulier, il y a des gens qui peuvent dénoncer la situation avec cette non-application des mesures en vigueur, explique-t-elle.

Rassurer les clients

De son côté, l’Association Restauration Québec n’est pas en mesure de confirmer si l’ensemble de ses membres vérifie le statut vaccinal de leurs clients.

Claudine Roy, présidente de l’Association, insiste sur le fait que l'application de la mesure de vérification du passeport vaccinal rassure de nombreux clients.

Claudine Roy debout dehors dans une rue commerciale en hiver.

Claudine Roy appelle les restaurateurs à demander le passeport vaccinal à leurs clients.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

J’ai entendu beaucoup de gens dire : "Moi, ça me sécurise maintenant d’aller au restaurant". Si on veut que nos restaurants fonctionnent, ça fait partie de se prévaloir de ce droit-là.

Dans une déclaration écrite, le maire de Matane, Eddy Métivier, souligne les efforts des Matanais et Matanaises pour leur bon respect des règles sanitaires jusqu’à présent.

Il réitère également sa confiance envers les instances concernées pour valider le respect des mesures dans les différents milieux.

Avec la collaboration de Catherine Poisson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !